• Bal à Vienne: Marine Le Pen réagit

    Marine Le Pen a dénoncé mercredi une « polémique montée de toutes pièces » par « le système » à propos de son déplacement controversé à Vienne (Autriche) vendredi pour assister à un bal de l’extrême droite estudiantine, en rappelant qu’elle dénonçait « tous les totalitarismes »: « nazi », « communiste » et « mondialiste ». La présidente du Front national a vu un lien entre « une telle manipulation » et la menace qu’elle représente pour Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle: « c’est peut-être un hasard ou ça ne l’est pas ».

    Elle a aussi demandé qu’on réclame des comptes au chef de l’Etat pour avoir reçu le dictateur syrien Bachar al-Assad et l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, ou au PS pour leur « proximité idéologique », au titre de l’Internationale socialiste, avec l’ex-dirigeant égyptien Hosni Moubarak ou le tunisien Ben Ali. On tente, a-t-elle dit, de lui « faire porter la tunique », qu’elle « réfute totalement, d’un dictateur, aussi terrible soit-il (Adolf Hitler, ndlr), mais disparu il y a plus de 60 ans alors que les dictateurs dont je viens de parler étaient encore en poste il y a quelques semaines avec l’aide de nos démocraties occidentales ».

    « Cette polémique a été montée de toutes pièces et je vois bien le système main dans la main », a-t-elle poursuivi, mettant dans le même panier Medef et Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et Nicolas Sarkozy, ou le MoDem et les Verts.
    « Je ne peux que m’en remettre à l’intelligence des Français: ils savent mon aversion pour tous les totalitarismes, qu’ils soient nazi, communiste ou mondialiste, ce dernier étant pourtant soutenu par l’ensemble du système que je combats », a-t-elle lancé.

    Interrogée sur ce parallèle des totalitarismes, Marine Le Pen s’est alors vivement défendue de toute relativisation du nazisme, qu’elle a qualifié de « summum de la barbarie ». « Le nazisme fut une abomination et il m’arrive de regretter de ne pas être née à cette période pour avoir pu le combattre », a-t-elle dit. Au contraire, a-t-elle demandé, « n’est-ce pas une manière de banaliser le nazisme que de traiter tous les gens qui ne sont pas d’accord avec vous de nazis en toute circonstance? »

    Dans un communiqué, Delphine Batho, une des porte-parole de François Hollande, a répliqué: « On a du mal à croire que Madame Le Pen ne savait pas en compagnie de qui elle allait danser ». « Et il est à noter que plus elle se justifie, plus elle s’enfonce dans un discours dans lequel pointe une forme de relativisation du nazisme qui a toujours été le fond de commerce de l’extrême droite », selon elle. « Derrière les discours et la respectabilité de façade qu’elle a voulu donner au Front National, Madame Le Pen est toujours membre l’internationale de l’extrême-droite européenne ». Dans un communiqué, le Parti communiste français a renchéri: « Personne n’a obligé Marine Le Pen à y participer! » « Au lieu d’essayer de se faire passer une nouvelle fois en victime, elle serait bien plus inspirée de mieux choisir ses amis et fréquentations », a-t-il ajouté en accusant Marine Le Pen d’être « xénophobe ».

    Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/02/01/97001-20120201FILWWW00437-bal-a-vienne-marine-le-pen-reagit.php

Comments are closed.