• La crise a beaucoup aggravé les inégalités

    L’Insee vient de publier une analyse des revenus et des patrimoines des Français en 2010. Elle montre ce dont on se doutait : la crise a beaucoup aggravé les inégalités et frappé surtout les plus pauvres. Entre 2008 et 2010, les plus pauvres (1er décile) ont perdu 3,2 % de pouvoir d’HA quand les + riches (10ème décile) en ont gagné 2,8 %. Une justification de plus pour faire porter l’essentiel de l’effort de redressement des comptes publics sur les revenus des + aisés.

  • José Mujica, le président « Anormal »

  • Photos de manif « manipulées » par la préfecture

    Le 21 avril, je postais cet article ou un journaliste de l’AFP attestait que les photos de la manif pour tous avaient été trafiquée : http://commentbienvoter.com/manif-pour-tous-du-24-mars-les-images-ont-ete-alterees/

    Une enquête  faites par arrêt sur image explique pourquoi cette erreur.

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5788

    @si a pu vérifier, aussi, l’origine de ces photos. Après un premier démenti dénonçant des « rumeurs sans fondement » dimanche, la préfecture a organisé une conférence de presse aujourd’hui, suivie par une vingtaine de journalistes. Une volonté de transparence notable, mais une com’ pour le moins mal préparée.

    Devant l’insistance des journalistes, le chef de division des renseignements compare aussi plusieurs des photos mises en ligne sur le site de la préfecture avec les extraits correspondant au même « time code » issus de la vidéo. Ce qui permet de constater là aussi qu’il n’y a pas de manip.

    Méaculpa donc et merci arrêt sur image.

  • L’arnaque de @le_Figaro …

    Le figaro à publié : Avec 3,2 millions de chômeurs, le record de 1997 est battu

    Aller, un peu de démographie.

    Population 1997 : 59 691 000
    Population 2013 : 65 586 000

    Population 15-60 ans 1997 (en âge de travailler) :
    36 053 364  (60.4%)
    Population 15-60 ans 2013 :
    37 908 708 (57,8 %)

    Nombre de chômeurs 1997 : 3 195 500
    Nombre de chômeurs 2013 : 3 224 600

    Pourcentage de chômeurs par rapport à la population en âge de travailler
    1997 : 8,86 %
    2013 : 8,50 %

    Source : Insee

    Bien sûr, je ne tiens pas compte des éventuelles modifications de la classification du chômage, qui ont leur importance. Ni même des travailleurs précaires, mais là ce n’est pas vraiment dans une problématique d’emploi, mais de déréglementation de l’emploi, ce qui n’est pas la même chose : augmentation de l’intérim, de stage, de CDD, ne sont pas une marque de la baisse de l’activité, mais de la libéralisation du marché de l’emploi (ce qui est une décision politique).

    Alors, c’est bien joli de vouloir faire du sensationnel en montrant des chiffres absolus qui en soit ne veulent rien dire, mais faudrait plutôt faire preuve d’un peu d’honnêteté et éviter de faire plonger les français dans un état de déprime déjà plus fort que ce qu’il devrait être…

    Source

  • Mariage pour tous et bagarre générale à l’assemblée 19/04/2013

     

    Une bagarre de députés dans la soirée du 19 avril 2013 à l’Assemblée nationale lorsqu’un groupe de députés UMP excédés s’est approché des bancs du gouvernement.
    Dans la confusion et sous le regard interloqué des journalistes en tribune de presse, des députés UMP, excédés par une mimique d’un collaborateur du ministre de la Justice – ils l’ont expliqué ensuite – se sont précipités au bas de l’hémicycle.
    Aux cris de «dehors, dehors», ils se sont approchés des bancs du gouvernement. Des huissiers et le ministre chargé des Relations avec le Parlement Alain Vidalies se sont interposés pendant plusieurs minutes.

    Par la suite, le président de l’Assemblée Claude Bartolone réagi : « Rien ne justifie une espèce de descente avec une menace physique comme celle à laquelle on a assisté »
    Si nous, qui votons la loi, donnons l’impression de faire la justice nous même, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas dans un cour d’école »,

    « Cela fait trente que je siège dans cet hémicycle je n’ai jamais vu cela », a déclaré de son côté Alain Vidalies.

  • Bourdin direct: Emmanuel Todd – 19/04

    Toute l’actualité sur http://www.bfmtv.com/ Jean-Jacques Bourdin reçoit Emmanuel Todd, historien français, anthropologue, et sociologue. Il présente « Le mystère français », son nouveau livre. L’écrivain dresse un plan critique de l’Hexagone et de l’euro. « Les gouvernants appliquent des politiques similaires à l’Allemagne, mais on ne peut pas gouverner la France comme ça. Cette population à ses propres caractéristiques », a critiqué Emmanuel Todd. Selon lui le capitalisme est à la fin d’un cycle et les dettes sont un frein au redémarrage de l’économie occidentale. « On ne peut plus emprunter. Il va falloir effacer les dettes et spoiler les riches pour relancer l’économie », a insisté le sociologue.

  • L’argent de la drogue sauve les banques et corrompt nos démocraties

  • Manif pour tous du 24 mars : les images ont été altérées !

  • Une erreur dans une étude sur l’austérité dégomme les idées reçues

    REUTERS/Yorgos Karahalis

    La nouvelle a de quoi redonner le sourire aux Indignés. Après l’erreur de calcul du Fonds monétaire international (FMI) sur les multiplicateurs budgétaires révélée en janvier, une nouvelle polémique de nature économétrique ébranle à nouveau la crédibilité d’une institution prestigieuse.

    L’article incriminé s’intitule « Croissance en période de dette » (« Growth in a Time of Debt » .pdf), il a été publié en 2010 par deux économistes réputés de Harvard et ancien cadres du FMI, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, et, s’appuyant sur des données collectées entre 1946 et 2009, il démontre que la croissance s’est révélée sensiblement inférieure dans les pays dont la dette publique dépassait 90 % du PIB.

    Or une équipe d’économistes est récemment parvenue à répliquer cette étude, et il s’avère que leurs conclusions diffèrent largement de celles de Reinhart et Rogoff. Et pour cause, ces derniers ont fait passer à la trappe cinq pays (Australie, Autriche, Canada, Danemark et Belgique) dans leur panel, ont utilisé une méthode jugée contestable de pondération des pays entre eux et, plus original, le tableur Excel utilisé comme support de l’étude comportait une erreur de code.

    Des résultats fortement divergents

    Résultat, Reinhart et Rogoff parviennent à un taux de croissance moyen de – 0,1 % pour les pays endettés à plus de 90 %, là où les auteurs de l’étude « répliquée », leurs confrères de l’université du Massachusetts Amherst Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin, parviennent à 2,2 %, avec exactement les mêmes données.

    Pour Mike Konczal, blogueur économique sur Next New Deal, si l’erreur de tableur est la plus « drôle », l’oubli des cinq pays est la plus « problématique » puisque c’est elle qui fausse en grande partie les résultats.

    L’affaire n’aurait pas de quoi défrayer la chronique si cette étude n’avait pas été utilisée à tour de bras pour justifier des programmes d’austérité, du commissaire européen Olli Rehn évoquant une « recherche sérieuse » à l’ancien secrétaire américain au Trésor, Tim Geithner, pour qui c’est une « excellente étude », comme le rappelle le site collaboratif Quartz dans un petit florilège des citations sur le sujet.

    De là à réévaluer les politiques d’austérité des deux côtés de l’Atlantique comme le suggère le trio Herndon-Ash-Pollin, il n’y a qu’un pas… que le Financial Times refuse de franchir. Pour le quotidien britannique, il est « très difficile de savoir si l’étude de Reinhart et Rogoff a effectivement changé le cours de la politique économique en cours d’élaboration ou si elle était simplement utilisée comme une justification a posteriori de mesures de toute façon inévitables ».

    Dans le cas français, par exemple, l’étude est citée dans l’introduction du projet de loi de finances 2010. Le Parlement y souligne le risque pour la France de dépasser la barre des 90 % de dette, si les efforts nécessaires n’étaient pas mis en oeuvre pour réduire le déficit. Les députés s’appuient alors sur des chiffres qui, après correction, se révèlent largement surévalués.

    90 %, un seuil quasi psychologique

    Aujourd’hui encore, le seuil – devenu symbolique – des 90 % occupe toujours une place importante dans les prévisions économiques internationales. Dimanche, l’agence Reuters a révélé que les membres du G20 devaient étudier cette semaine à Washington une proposition visant à ramener à terme leur dette bien en-dessous des 90 % du PIB.

    Pour Evariste Lefeuvre, chef économiste chez Natixis, « la vraie leçon est qu’en économie, les seuils n’existent pas ». Si les économistes ne doivent pas servir, selon lui, de « boucs émissaires », il estime en revanche qu’on peut leur reprocher un biais souvent partisan ex ante, qui les conduit à « survendre les résultats et ne pas insister suffisamment sur la sensibilité des calculs et les marges d’erreur ».

    Anna Villechenon et Maxime Vaudano

    Source

  • L’Allemagne commence le rapatriement de son or de la FED de New York

    Alors qu’une grande partie des réserves d’or de l’Allemagne est stockée depuis l’après-guerre à New York, Londres et Paris, la Bundesbank a décidé de récupérer ses stocks de New York et de Paris.