• Des sans-abri pour nettoyer Fukushima

    Dans la ville de Sendai, à 80 km de Fukushima, des intermédiaires de la centrale nucléaire recrutent des SDF pour 6 euros de l’heure.

    Vue aérienne des réacteurs 5 et 6 de la centrale de Fukushima
    Vue aérienne des réacteurs 5 et 6 de la centrale de Fukushima © NEWSCOM/SIPA

    « Ils nous disent : ‘Vous cherchez du travail ? Vous avez faim ?’ On répond oui , et ils nous offrent un job », raconte Shizuya Nishiyama, dans une vidéo diffusée par France 3. Ce sans-abri de Sendai, à 80 km de Fukushima, comme ses camarades de galère, se voit en fait proposer d’aller travailler comme nettoyeur à la centrale nucléaire sinistrée. Ils y sont payés 6 euros de l’heure, dont sont déduits logement et nourriture.

    « On traîne ici avec nos sacs, on tourne autour de la gare, on est faciles à repérer », explique Shizuya. Les entreprises payent des intermédiaires pour recruter ces sans-abri, 80 euros par tête.

    Les employés de la centrale ne peuvent plus travailler

    C’est un pasteur qui a révélé l’affaire. Ces sans-abri, il les côtoie pour avoir ouvert un centre de jour pour ceux qui ont perdu leur habitation après le tsunami de 2011. « Les employés de la centrale ont déjà atteint les limites de l’irradiation et ne sont plus autorisés à travailler. On masque la pénurie de personnel qualifié en recrutant des sans-abri qui ne savent pas qu’ils risquent leur vie », explique-t-il.

    Le tsunami du 11 mars 2011 a fait 20.000 morts et disparus. A la centrale nucléaire Fukushima, il faudra 40 ans pour démanteler les réacteurs ravagés.

    Le Point.fr – Publié le – Modifié le

Comments are closed.