• Marine Le Pen veut censurer Internet

    Dans une interview à une association ultra-catholique, Marine Le Pen fait un virage à 180 degrés par rapport à ses déclarations précédentes et affirme qu’elle censurera la pornographie à la télévision et sur Internet si elle est élue.

    Ces derniers mois et ces dernières semaines, nous avons eu plusieurs fois l’occasion de voir que le discours de Marine Le Pen concernant Internet et la défense des libertés numériques paraissait exemplaire, en nous demandant même pourquoi le Front National était le seul des grands partis politiques français à avoir un discours aussi ferme contre Hadopi, l’ACTA, la loi Loppsi, et toute forme de filtrage du net. Nous avions donné un élément de réponse lorsque Marine Le Pen a lancé sa « toile bleu marine » en espérant rassembler autour d’elle tous les anti-Hadopi qu’elle a tenté de séduire, pour lui servir de relais d’opinion sur Internet.

    « Vous le savez, je suis une ardente défenseure d’Internet, et de la liberté sur Internet. Je me suis déjà souvent exprimée sur cette question, et (je suis) seule parmi les candidats à la présidentielle à faire une large place dans mon projet à Internet », avait-elle déclaré à cette occasion. « Internet est une chance pour le débat d’idées, et la liberté d’expression. J’en serai donc le premier défenseur ».

    Or voilà qu’elle fait une première entorse de taille à cette défense soit-disant ardente des libertés sur Internet, dans une interview accordée au Mouvement de jeunesse catholique et politique (France Jeunesse Civitas). Le mouvement est issu de l’association d’ultra-catholiques Civitas, qui se reconnaît dans les valeurs portées par la frange la plus traditionaliste du Front National, et qui reproche à Marine Le Pen ses efforts de « laïcisation » du FN.

    Dans cette courte interview qui brasse différents sujets liés à la religion et à la famille, les jeunes catholiques demandent à Marine Le Pen ce qu’elle compte « mettre en œuvre pour lutter sans ambiguïté contre la pornographie à la télévision et sur Internet ». Elle répond sans nuances : « une censure , même si le mot déplait ; cela relève de la protection de la jeunesse ; comment s’étonner d’alleurs de la multiplication des délits ou crimes sexuels, quand les media en font un étalage qu’on peut qualifier d’incitatif ».

    On ne peut pas être plus clair.

    Notons toutefois à propos de son argumentation, que des études tendent à démontrer qu’au contraire, l’accès à la pornographie tend à diminuer les crimes et délits sexuels, et que la censure peut donc être contre-productive pour la sécurité.

Comments are closed.