• La « liste Lagarde » des fraudeurs fiscaux embarrasse le gouvernement grec

    En 2010, la ministre de l’économie transmettait à son homologue grec un CD-Rom contenant une liste de 2000 noms de Grecs soupçonnés de fraude fiscale, qui viennent de fuiter dans la presse grecque, provoquant l’arrestation d’un journaliste.

    Tout a commencé en octobre 2010 : Christine Lagarde, alors ministre de l’économie, transmettait à son homologue Georges Papaconstantinou, un CD-Rom contenant une liste de 2000 noms de Grecs soupçonnés de fraude fiscale et possédant un compte à la banque HSBC.

    Depuis, les responsables grecs n’ont eu de cesse de tenter d’enterrer la brûlante liste. Papaconstantinou avait pourtant assuré avoir demandé à la brigade financière, la SDOE, d’enquêter sur les titulaires des vingt plus gros comptes présents sur la liste. Son successeur, Evangelos Venizélos, a remis à la justice début octobre une clé USB contenant la fameuse liste. Le CD-Rom originel serait aujourd’hui introuvable au ministère des finances de Iannis Stournaras.

    Finalement, la fameuse liste n’a encore fait l’objet d’aucune enquête : c’est ce qu’a découvert fin septembre le peuple grec, alors qu’il se préparait à subir de nouvelles baisses de salaires et de retraites. Pourquoi ? Selon la SDOE, les origines de la liste interdisaient son exploitation par la justice, car elle a été donnée à la justice française par un ancien employé de HSBC, poursuivi pour vol par la banque.

    Les noms auraient pu rester dans l’ombre encore longtemps… Mais c’était sans compter la fuite qui a eu lieu dans les médias grecs. Le samedi 27 octobre, le magazine Hot Doc publiait 2059 noms, dont ceux de certaines personnalités grecques de premier plan, parmi lesquels Stavros Papastavros, un conseiller de Samaras, ainsi que Georgios Voulgarakis, ancien ministre et membre du parti de Samaras Nouvelle Démocratie. Le magazine a déclaré avoir reçu cette liste anonymement.

    Résultat : la police a arrêté, puis relâché, dimanche le journaliste Kostas Vaxevanis, au motif qu’un procureur aurait ordonné son arrestation pour violation des lois sur la publication de données privées sans autorisation spéciale.

    Lu sur Business Insider

  • Entretien avec Etienne Chouard : le pouvoir antisocial de l’argent

    Etienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l’élection politique est intimement lié au pouvoir de l’argent.
    Une explication qui met en lien la création monétaire et la concentration des richesses avec la nécessité d’écrire nous-même notre constitution pour se protéger des abus de pouvoir des plus riches.

  • Des milliers de militaires attendent leur salaire

    les femmes de militaires en ont plein le dos
    « Mon chéri ici tout va bien, l’Etat place ta solde sur les marchés financiers, le frigo est vide, la banque réclame des intérêts et on me dit de la fermer, je t’aime très fort », ironise amèrement l’une d’entre elles, quand une autre est encore plus directe : « trahi par ton pays, tu meurs pour une dette bancaire. Où est le drapeau ? Où est l’Etat ? On est avec toi, ta famille qui t’aime ». Une troisième : « fatigué par la guerre, usé par les combats, trahi par le gouvernement, volé par les banques, les enfants et moi sommes avec toi ».

    Et le mouvement prend : en quatre jours à peine, ce sont plus de 3.000 mentions qui ont été récoltées et 300 commentaires affichés. Tous ou presque dans le même sens : « courage mesdames, bravo les filles ».

    Les problèmes de régularisation des soldes empoisonnent la vie de nombreux militaires depuis des mois. Plusieurs mobilisations ont déjà été organisées. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian s’est engagé la semaine dernière à « en finir » avec les retards.

    https://www.facebook.com/pages/Un-paquet-de-Gauloises/416293095105059

     

  • Madrid : Les policiers espagnols ont manifesté contre le gouvernement

    Espagne : Les policiers en colère ont manifesté contre le gouvernement

    Les policiers espagnols se sont rassemblés en masse samedi à Madrid, dans le hurlement des pétards et des sifflets, pour crier leur colère contre les coupes budgétaires et la suppression d’avantages sociaux.

    Casquette bleue sur le crâne, des centaines de policiers se sont rassemblés samedi devant le ministère de l’Intérieur à Madrid, dans le hurlement des pétards et des sifflets, pour crier leur colère contre les coupes budgétaires et la suppression d’avantages sociaux.

    «Les policiers n’en peuvent plus», peut-on lire sur une grande banderole déployée sur le Paseo de la Castellana, la grande avenue du centre de la capitale espagnole, bloquée par cette manifestation qui répond à l’appel des syndicats de policiers. Comme tous les fonctionnaires espagnols, les policiers subissent de plein fouet la politique de rigueur mise en place par le gouvernement de droite de Mariano Rajoy, pour redresser les comptes du pays.

    En 2012, ils sont ainsi privés de la prime de Noël, ce qui équivaut en réalité à une perte de salaire de 7% sur l’année, les salariés espagnols étant payés sur 14 mois.

    «Nous sommes venus exprimer notre indignation sur la façon dont nous traite le gouvernement, pas seulement parce qu’ils nous enlèvent la prime de Nöel, mais aussi parce qu’ils nous suppriment des droits», lance Fran Estacio, un policier de 33 ans venu de Valence, dans l’est de l’Espagne. Parmi ces avantages sociaux, explique-t-il, les six jours de congés supplémentaires auxquels les policiers ont droit chaque année, en plus de leurs vacances, qui seront réduits à trois à partir du 1er janvier.

    Ou bien la réduction du salaire durant les premiers jours d’un congé maladie – de 50% durant les trois premiers jours puis de 25% jusqu’à 20 jours. «Jusqu’à présent», ajoute le policier, «nous ne perdions pas d’argent durant les 90 premiers jours». «Ils doivent reconnaître que nous sommes des fonctionnaires spéciaux. Imaginez un policier avec 39 degrés de fièvre, dans la rue avec son arme».

    «Si tu veux une police, paie-la», réclame une pancarte émergeant de la foule, tandis qu’une autre porte les mots: «Utiliser les policiers pour faire taire les gens, non». Un slogan rappelant les dispositifs policiers parfois imposants déployés lors des manifestations anti-austérité, comme celle attendue samedi autour du Congrès des députés à Madrid.

    «Utiliser les policiers pour faire taire les gens, non»

    Sources : La Tribune de Genève / Le Journal du Siècle

  • Tabac, barbouzerie et lobbying : le mélange létal qui fragilise Barroso

    Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Copyright Reuters
    Une semaine après la démission du commissaire John Dalli, les soupçons de complot contre celui qui s’apprêtait à présenter un texte d’une grande sévérité sur les produits du tabac ne cessent d’enfler. Aux 60 millions d’euros soit disant demandés par un homme d’affaires maltais pour influencer le commissaire européen s’ajoute une étrange affaire de cambriolage dans les locaux des activistes anti-tabac.

    C’est un scénario à la John Le Carré qui pourrait être la source de bien des embarras pour le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, avec lobbying, « big money » et désormais aussi barbouzerie à la clé.

    Selon une enquête de l’OLAF (l’organe anti-fraude européen), un certain Silvio Zammit, homme d’affaires maltais, aurait proposé à Swedish Match, un fabricant de cigares et de tabac à mâcher suédois, de modifier un projet de directive sur le tabac en contrepartie d’une enveloppe de…. 60 millions d’euros. Le rapport de l’OLAF est transmis à José Manuel Barroso le 15 octobre. Le 16, la Commission européenne annonce par communiqué que le commissaire John Dalli, en charge de la législation sur le tabac, « a présenté sa démission » suite à cette enquête. Le 17 octobre, la Commission européenne ouvre sa salle de presse – fait rarissime – au directeur général de l’OLAF, Giovanni Kessler, lequel alimente les correspondants européens en détails sur cette enquête.

    Suspension sine die du projet de directive

    Conséquence immédiate de cette démission : l’adoption du projet de directive sur les produits du tabac par la Commission européenne est suspendue sine die faute de commissaire capable d’en porter « la responsabilité politique ». Or le texte devait justement entrer le 22 octobre dans sa phase finale de préparation (la consultation dite « interservices ») en vue d’une adoption dans les semaines à suivre.

    Immédiatement, les organisations européennes de lutte contre le tabac tirent la sonnette d’alarme. Le SmokeFree Partnership, un lobby anti-tabac, voit dans la démission du commissaire « un événement très inopportun », selon sa directrice Florence Berteletti Kemp. La sortie de la directive étant repoussée de mois en mois depuis plus d’un an, les activistes anti-tabac voyaient fondre les chances qu’elle soit adoptée sous la mandature qui s’achève en 2014. Après l’adoption du projet au collège des commissaires, il reste en effet un long processus législatif à accomplir au conseil des ministres et au parlement européen avant le vote final.

    Plusieurs ordinateurs ont disparu

    Nous sommes mardi 16 octobre. Le sentiment général est alors que la démission de John Dalli bloque effectivement la finalisation du projet de directive. Le jeudi suivant, le 18 octobre, une désagréable surprise attend les collaborateurs du SmokeFree Partnership (SFP) à leur arrivée au 49-51 rue de Trêves, en plein cœur du quartier européen : leurs bureaux ont été visités pendant la nuit. Plusieurs ordinateurs ont disparu, les dossiers ont été fouillés.

    Sur une vingtaine d’organisations présentes dans l’immeuble, les bureaux de trois seulement ont été visités. « Tout le monde sait que c’est ici que travaillent les gens les plus actifs à Bruxelles sur la directive tabac », explique Monika Kosinska qui dirige l’European Public Health Association, installée au deuxième étage. « Nos locaux sont mal protégés contre ce type d’espionnage », dit-elle. Ce n’était en principe pas le cas du SFP, installé au cinquième avec l’European Respiratory Society, qui disposent de détecteurs à la fois à l’extérieur et à l’intérieur des bureaux. Ces ONG sont en guerre ouverte contre les multinationales du tabac qu’elles accusent de « bloquer, d’amender et de reporter dans le temps » la nouvelle législation, pour reprendre le titre d’un rapport d’une centaine de pages sur le lobbying de l’industrie du tabac commandité par le SFP avec plusieurs organisations de lutte contre le cancer.

    « Un travail de professionnel »

    Selon les premiers éléments de l’enquête, les malfaiteurs auraient réussi à déjouer le système de surveillance. Ils seraient entrés dans l’immeuble de huit étages par le toit, descendus le long de la façade et entrés par les balcons, pour repartir par l’entrée avec pas moins d’une dizaine d’ordinateurs portables sous le bras. « C’est un travail de professionnel », conclut Monika Kosinska. Le SFP précise d’ailleurs dans un communiqué que sur les quatre ordinateurs volés, trois appartenaient à des personnes travaillant sur la directive en projet. « Je ne crois pas aux complots mais c’est une étrange coïncidence », commente Monika Kosinska.

    Depuis ce cambriolage, le scandale politique est en train d’enfler. Depuis l’annonce de sa démission spontanée, l’ancien commissaire John Dalli laisse entendre qu’il a été poussé dehors. « La porte était ouverte et j’allais soit passer à travers de moi-même soit y être forcé », a-t-il raconté cette semaine au site euractiv.com. Pour la Commission, cette démission « a été présentée » par John Dalli au président Barroso « devant témoins ».

    Un projet de directive plusieurs fois bloqué

    Jeudi matin, le chef de file de socialistes au Parlement européen Hannes Swoboda demandait au président Barroso de faire « toute la transparence » sur cette démission. « De sérieuses questions au sujet d’un complot contre M. Dalli ont été posées. Il doit y être répondu et il doit y avoir une totale transparence sur les circonstances spécifiques qui ont menées à cette démission. Pour le moment, il semble que la situation ait été mal gérée par le président de la Commission et par le directeur général de l’OLAF », écrit Hannes Swoboda dans un communiqué.

    Au cours des mois passés, le projet de directive a été bloqué plusieurs fois notamment à la demande du service juridique et du secrétariat général de la Commission, provoquant l’ire de plusieurs pays, notamment l’Irlande qui est traditionnellement en pointe dans la lutte contre le tabac.

    Swedish Match, allié à Philip Morris, à l’origine de la plainte contre le commissaire

    John Dalli avait averti en avril 2012 qu’il serait d’une grande fermeté, à la plus grande joie des organisations anti-tabac. Selon de rares fuites dans la presse, les propositions prévoyeraient le maintien de l’interdiction du snus, le tabac à mâcher produit par le groupe suédois Swedish Match, qui n’est actuellement autorisé qu’en Suède à titre dérogatoire. Swedish Match, allié depuis 2009 au groupe Philip Morris, est à l’origine de la plainte contre le commissaire Dalli. Ce dernier comptait aussi s’attaquer aux stratégies marketing des géants du tabac qui jouent la carte des paquets « écrins » aux formes originales pour séduire notamment la clientèle féminine. Le projet de texte aurait enfin imposé le « plain packaging », autrement dit un emballage neutre et peu sexy, ainsi que l’interdiction des présentoirs visibles dans certains bureaux de tabac ou maison de la presse.

    C’est en mai 2012 que Swedish Match a introduit sa plainte pour tentative de corruption. L’OLAF, dont les enquêtes s’étendent facilement sur plusieurs années, l’a ensuite traitée avec une célérité peu commune puisque le rapport final a été officiellement soumis au président de la Commission cinq mois plus tard. Le rapport, qui n’est pas final, n’établit « pas la preuve de la participation » du commissaire, précise le communiqué de la Commission du 16 octobre.

    Un porte-parole a assuré mercredi que la Commission présentera le projet de directive « dans les prochaines semaines » mais il faudra attendre que le successeur de John Dalli soit nommé. Pour les activistes anti-tabac, les chances que le texte arrive au bout de l’examen législatif avant la fin du mandat de la commission et du parlement sont plus faibles que jamais. Si le dossier glissait sur la prochaine mandature, l’industrie du tabac aurait gagné au moins un an avant la mise en œuvre des mesures restrictives envisagées. Un an de plus, car à l’origine, le projet de texte avait été annoncé pour l’été…. 2011.

  • Olivier Delamarche, 23 Octobre 2012

  • Qui peut soutenir un seul instant que la Grèce n’a pas formidablement profité de l’euro?

    La vrai question est: pourquoi cet économiste qui s’est tellement trompé depuis des années, comme tant d’autres avec lui (Baverez, Dessertine, Attali…) n’est-t-il jamais mis face à ces nombreuses contradictions et est-t-il toujours massivement invité dans les grands médias?????

    Rappelons que les vrais, les grands économistes, notamment tous les prix Nobel, ont tous expliqué dés les années 1990 qu’imposer un taux de change fixe et le même taux d’intérêt à la Grèce et à l’Allemagne, à la Finlande et au Portugal etc était contraire aux lois de l’économie et que l’euro finirait par exploser, comme toutes les monnaies plurinationales de l’Histoire….

  • Syrie : decryptage

  • France 2 reconnait ses mensonges mais dans le JT de la nuit

  • Chez Pizza Hut le fromage est « analogue »!

    Une information importante transmise par Christiane-Lecocq-Lejoly

     

     

    Fromage utilisé chez Pizza Hut. Un faux fromage plus vrai que nature… le fromage ‘analogue’

     

    Article étonnant de Paule Neyrat, diététicienne au sujet d’un faux fromage dont les consommateurs ignorent certainement l’existence.

     

    « Ça ressemble au fromage, ça a le goût du fromage et c’est un scandale alimentaire » :

    Et il est consommé dans nombre de pizzas, lasagnes, burgers et autres plats industriels contenant du fromage genre gouda, mozzarella, emmental.

     

    Il existe deux versions de fromage analogue inventées par CARGILL, fabricant américain de produits pour l’industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays….. ça laisse rêveur !

     

    1) la pâte composée de 15 % de protéines laitières, d’huile de palme (la moins chère mais la plus toxique car c’est une graisse dite ‘Trans’ qui a des effets délétères sur la santé) et d’exhausteurs de goût qui existe depuis 2007.

     

    2) L’autre pâte dite le « Lygomme TACH Optimum, » destiné au marché européen et datant de 2009, est composée de trois amidons, d’un galactomannane (E 410,412, 417), d’un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d’arômes.

     

     

    Quoi de plus appétissant?

     

    Et il a fait partie des trois nominés aux Food Ingredients Excellence Awards 2009, catégorie « Innovation de l’année pour la Laiterie ». Ce Lygomme est intéressant pour les industriels car il coûte 60 % de moins que l’autre fromage analogue (et 200 % de moins qu’un vrai fromage) : les firmes se sont ruées dessus depuis la flambée du prix du lait.

     

    En plus, CARGILL se glorifie d’avoir inventé un « aliment bon pour la santé » car son Lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l’alimentation halal que kasher (bref, un gros mensonge pour vendre à tout le monde ce qui ne convient en fait à personne).

     

    Vous croyez manger du fromage (donc des protéines et du calcium) avec votre pizza, vos lasagnes, votre burger et vous absorbez une infâme pâte qui vous démolit la santé.

     

    Le comble de l’hypocrisie : la CEE a autorisé l’emploi de ce  » fromage analogue  » à condition que les ingrédients qui le composent soient indiqués sur l’étiquette….

     

    Mais qui va regarder ces minuscules caractères ?

     

    Qui va déchiffrer que le galactomannane et le carraghénane, c’est le fromage ?

     

    Amoureux des vrais fromages : soyez encore plus vigilants ! !

     

    Pour Info, la sauce tomate utilisée sur ces aliments est aussi à la tomate ce que ce fromage analogue est à la vraie mozzarella : la sauce tomate utilisée est un assemblage de produits bon marché mais artificiellement gouteux qui sont additionnés à une base de ketchup lui aussi de la plus basse qualité.

     

    Les exemples similaires sont très nombreux. Merci Pizza Hut et l’industrie agro-alimentaire en général (appuyée par la grande distribution) qui nous sert de la merde. Et après ça, on viendra décréter qu’il est très étonnant d’assister à une véritable et inexplicable « épidémie mondiale de maladies humaines » comme l’obésité, le diabète, les allergies, les maladies cardio-vasculaires ou les cancers …

     

    Le but est bien évidemment de faire de l’argent, beaucoup d’argent, d’abord en nous vendant des produits «faciles» et «standardisés» dont le prix de revient est le plus bas possible et ensuite de nous rendre dépendants des médicaments qui vont soi-disant résoudre nos problèmes de santé … Un cercle vicieux qui touche tout le monde et encore plus les plus précarisés d’entre nous (mais il faut dire qu’ils sont de plus en plus nombreux et sont de fidèles clients).

     

    Réfléchissez et soyez critiques quand vous consommez : la qualité de vie n’a pas de prix…

     

    SVP, faites passer vers les gens que vous appréciez !

     

    http://www.ouest-france.fr/actu/economieDet_-Chaud-devant-voila-le-fromage-sans-lait-_3634-1184895_actu.Htm

     

    blue-sphere-001