• Clearstream Les Dissimulateurs Denis Robert

  • Denis Robert met KO Cleartsream !

  • Denis Robert : « Taxer l’art cher, c’est libérer la création »

    J’entends beaucoup de bêtises et d’inexactitudes en ce moment dans le débat autour de la taxation des œuvres d’art, surtout de la part de membres du gouvernement.

    Certains trouvent que ce n’est pas une bonne idée ; d’autres qu’il faut faire de l’art un espace protégé. De Michel Sapin à Aurélie Filippetti, en passant par Jean-Jacques Aillagon, voire (murmure-t-on) François Hollande, le député socialiste François Eckert, porteur de ce projet de loi, se fait beaucoup d’ennemis depuis qu’il a lancé son idée folle.

    O sacrilège ! O bolchevisme ennemi !

    D’après ce que je lis ça et là, des Echos au Figaro, de Libé aux sites financiers, il n’y a guère que le député UMP Marc Le Fur (qui avait déposé en vain en 2011 un amendement similaire) pour le soutenir. Ce débat brise les lignes politiques. Il souffre de désinformation.

    N’a-t-on pas vu en début de semaine disparaître un zéro dans les articles à propos de cette taxation nouvelle ? A 5 000 euros, c’était effectivement compliqué de créer une taxe. Mais 50 000 euros comme limite, c’est une autre histoire. On ne touche pas les mêmes gens, ni les mêmes sommes. On s’attaque ici aux Porsche Cayenne et aux Ferrari, pas aux vieilles Volvo, comme on a voulu le faire croire.

    Un piège qui sent plus le caviar que la gauche

    Cette désinformation et ce soutien politique, aussi maladroit qu’unanime, me semblent directement liés à l’influence de lobbies puissants et discrets : certains riches galeristes, des antiquaires, des collectionneurs fortunés et les défiscaliseurs professionnels.

    Je n’arrive pas à comprendre comment des élus s’étant battus contre les privilèges sarkozistes, si prompts à dégainer devant les petits héritiers, peuvent tomber dans ce piège qui sent plus le caviar que la gauche. La palme de la mauvaise foi revenant aux marchands de croûtes célestes et à divers petits barons de foires de l’art et du cochon qui s’apprêtent à faire du business la semaine prochaine à la Fiac [Foire internationale d’art contemporain, ndlr] de Paris.

    Une dépêche AFP tombée mardi m’apprend que Guillaume Cerutti, le PDG de la maison d’enchères Sotheby’s, met en garde contre un risque d’« affaiblissement du patrimoine national ». Rien que ça. A ses yeux, la mesure portée par le député Eckert donnerait « un coup fatal au marché de l’art français » :

    « L’instauration d’une taxation supplémentaire aurait des effets négatifs immédiats sur l’activité des galeries, des antiquaires, des maisons d’enchères et des métiers d’art. »

    Le président d’Artprice (base de données sur le marché de l’art), Thierry Ehrmann, et celui de l’Adiaf (Association pour la diffusion internationale de l’art français), Gilles Fuchs (qui représenterait 300 collectionneurs), lui emboîtent le pas : « Nous sommes là pour aider les artistes à éclore », indique ce dernier, toujours à l’AFP.

    Je me suis frotté les yeux en lisant autant d’inepties. Et j’ai bien peur que, compte tenu de ce tir de barrage, les ministres et députés socialistes ne perçoivent pas assez clairement les enjeux de ce combat de chiens et de loups, de trader et de rentiers.

    C’est évidemment une bonne idée !

    Après le journalisme, l’édition et le football, ce milieu de l’art est un territoire que je connais bien. Ses galeristes, ses peintres, ses acheteurs, leur snobisme, leur rapport à l’argent. Pour d’autres, leur intelligence, leur acuité.

    Il y a l’art et le commerce de l’art. Il y a le travail solitaire et parfois halluciné de l’atelier, et le retour à la lumière un soir de vernissage.

    J’ai découvert le prix de mes premières toiles le jour de ma première exposition. 3 800 euros pour une « 100 figure », j’avais trouvé ça cher pour un artiste comme moi. Mais bon, les gens achetaient et j’en avais tellement bavé avant de les sortir (de moi) ces foutues toiles…

    L’idée de taxer les œuvres d’art de plus de 50 000 euros est EVIDEMMENT une bonne idée. Il faut intégrer ces acquisitions à l’ISF. Point barre. Si j’étais ministre, je taperais même à 30 000 euros et je monterais progressivement.

    Ce n’est pas seulement une question de rentrée fiscale, car ces revenus ne représentent pas grand-chose au regard des ventes d’armes ou d’essence. Et pour ceux qui craignent pour leur patrimoine, il suffit que la loi sur la taxation des œuvres d’art démarre en janvier 2013 et ne joue pas sur l’antériorité.

    J’ai lu d’autres arguments du côté des opposants à cette loi. Les galeries auraient besoin de vendre des grosses pièces à 50 000 euros et plus pour faire des expositions de jeunes artistes. Quelle fable ! Au mieux, la stratégie consiste à mettre en vitrine un premier communiant pour épater la galerie. En coulisse, il s’agit surtout de faire du courtage et du deuxième marché. Vendre et revendre des oeuvres connues pour toucher sa com et faire monter les enchères.

    Une bouffée d’oxygène pour le milieu de l’art

    La raison pour laquelle cette loi est une bonne loi est tout autre. Et je suis étonné que les avocats de ce texte ne mettent pas cet argument en avant.

    Taxer les œuvres d’art au-delà de 50 000 euros induirait effectivement un changement de comportement des acheteurs et amènerait une bénéfique bouffée d’oxygène dans ce milieu où beaucoup de créateurs (et de galeristes) crèvent la dalle (ou ferment).

    De plus, contrairement à ce que dit monsieur Sotheby’s, cela ramènerait les acheteurs étrangers en France pour une bonne raison : les artistes français (les vrais, les vivants) seraient plus productifs.


    « Saint Amédée » (acrylique et mixte), une des toiles de Denis Robert, vendue 5 000 euros (Denis Robert)

    Les gros marchands d’art font juste du blé

    Car une loi de ce genre libérerait évidemment la création des artistes vivants. Acheter une toile à 10 000 euros, pour un collectionneur qui est prêt à lâcher 500 000 euros pour un croquis de Basquiat, c’est un Carambar… mais un Carambar qui permet d’acheter de la peinture, du lin et des craies grasses. Et de faire vivre une chaîne d’artisans, du fournisseur de châssis au galeriste.

    Les plus gros marchands d’art sont aujourd’hui anglais (Sotheby’s, Christie’s). Ils ont avec l’activité artistique un rapport… élitiste. J’ai mûri ce mot qui est bien léger en rapport à ce que je pense. « Elitiste ». Ces ogres qui poussent des cris de vierge aujourd’hui n’ont rien à voir avec les galeristes, ces producteurs d’art, qui se bagarrent pour exposer des nouveaux peintres, sculpteurs, photographes. Idem pour les gros sites internet qui vendent des toiles comme on vend des Sicav. Il est comment le Champagne des vernissages chez Artprice ?

    Ces marchands sont devenus de vrais banquiers. Pour eux, comme pour quelques rares galeristes parisiens (voir la petite équipe qui gère la Fiac comme sa chasse gardée), l’art, c’est d’abord de la finance, de l’échange, du business, de la défiscalisation. Un artiste mort vaut et rapporte vingt fois plus qu’un artiste vivant. Ils n’en ont rien à battre de la création. Ils font du blé, du blé et encore du blé…

    Je me demande si je lui le seul à trouver cette idée évidente. Je prends le pari que des artistes contemporains comme Combas, Di Rosa ou même Garouste (pour prendre des figures que j’aime bien) pourraient me rejoindre sur ce terrain. Ils ne touchent rien sur leurs œuvres anciennes qui passent de main en main, sinon un droit de suite de 3%. Leur boulot d’avant sert la spéculation.

    Je glisse en illustration à ce papier rapidement gratté une de mes dernières toiles (vendue 5 000 euros cette semaine à la galerie W Landau Blast, 35 avenue Matignon). La moitié va à mon galeriste. L’autre me revient. Je déclare ces revenus au fisc. Quand j’enlève le matériel et les taxes déjà existantes, il me reste moins de 2 000 euros.

    Avec l’argent, c’est toujours compliqué. Certains vont trouver cette somme énorme. Personnellement, ça me va. J’en vends de plus en plus. J’espère un jour être taxé davantage.

    Avec l’art, on ne sait jamais. Je finirai peut-être par acheter une banque.

  • ZAPPING de canal+ du 03/10/12

  • Le statut juridique du MES, les immunités et privilèges

    Voici un extrait du traité qui a été ratifié, en résumé , il donne l’immunité totale aux membres du MES ….

    ARTICLE 32
    Statut juridique, privilèges et immunités
    1. En vue de permettre au MES de réaliser son but, le statut juridique, les privilèges et les immunités définis dans le présent article lui sont accordés sur le territoire de chacun de ses membres.
    Le MES s’efforce d’obtenir la reconnaissance de son statut juridique, de ses privilèges etde ses immunités sur les autres territoires où il intervient ou détient des actifs.
    2. Le MES possède la pleine personnalité juridique et la pleine capacité juridique pour:
    a) acquérir et aliéner des biens meubles et immeubles;
    b) conclure des contrats;
    c) ester en justice, et
    d) conclure un accord de siège et/ou un protocole en vue, le cas échéant, de faire reconnaître son statut juridique, ses privilèges et ses immunités, ou leur donner effet.

    3. Le MES et ses biens, ses financements et ses avoirs, où qu’ils soient situés et quel qu’en soit le détenteur, jouissent de l’immunité de juridiction sous tous ses aspects, sauf dans la mesure où le MES y renonce expressément en vue d’une procédure déterminée ou en vertu d’un contrat, en ce compris la documentation relative aux instruments de financement.

    Le texte en entier : texte_mes

     

  • Tous pourris ?? ?

    Depuis un tiers de siècle au bas mot, les Français sont conviés à prendre leur mal en patience devant les conséquences de plus en plus calamiteuses de la prétendue « construction européenne ».

     

     

    EN 1979, IL Y A 33 ANS, LE PARTI SOCIALISTE APPELAIT À VOTER PS AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES POUR « CHANGER L’EUROPE »

    EN 1997, IL Y A 15 ANS, LE PS PROMETTAIT DE « CHANGER D’EUROPE »

     

    EN 2000, IL Y A 12 ANS, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE JACQUES CHIRAC PROMETTAIT UNE « EUROPE PLUS EFFICACE, PLUS DÉMOCRATIQUE ET PLUS PROCHE DES CITOYENS »

     

    EN 2000, IL Y A 12 ANS, LE « COLLECTIF POUR UNE AUTRE EUROPE » PROPHÉTISAIT L’ARRIVÉE D’UNE « AUTRE EUROPE DANS UN AUTRE MONDE »

     

    EN 2001, IL Y A 11 ANS, JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT RÉCLAMAIT UNE « AUTRE EUROPE »

     

    EN 2003, IL Y A 9 ANS, FRANÇOIS BAYROU ANNONÇAIT : « IL FAUT CHANGER D’EUROPE »

     

    EN 2003, IL Y A 9 ANS, LE PCF AFFIRMAIT SA VOLONTÉ DE « CONSTRUIRE UNE AUTRE EUROPE »

     

    EN 2004, IL Y A 8 ANS, PHILIPPE DE VILLIERS APPELAIT À VOTER MPF AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES POUR « CHANGER D’EUROPE »

     

    EN 2005, IL Y A 7 ANS, LES VERTS APPELAIENT A VOTER OUI AU RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION EUROPÉENNE « POUR QU’UNE AUTRE EUROPE SOIT POSSIBLE »

     

    EN 2005, IL Y A 7 ANS, OLIVIER BESANCENOT APPELAIT À VOTER NON AU RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION EUROPÉENNE « POUR QU’UNE AUTRE EUROPE SOIT POSSIBLE »

     

    EN 2005, IL Y A 7 ANS, NICOLAS SARKOZY APPELAIT À VOTER OUI AU RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION EUROPÉENNE POUR « CHANGER D’EUROPE »

     

    EN 2005, IL Y A 7 ANS, LE PCF APPELAIT À VOTER NON AU RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION EUROPÉENNE POUR « UNE AUTRE EUROPE »

     

    EN 2005, IL Y A 8 ANS, L’EXTRÊME GAUCHE SE PRONONÇAIT « POUR UNE AUTRE EUROPE »

     

     

    EN 2006, IL Y A 6 ANS, LE FRONT NATIONAL APPELAIT À RESTER DANS L’EURO MAIS A CHANGER D’EUROPE POUR BÂTIR UNE « EUROPE DES PATRIES »

    « On m’accuse d’être contre l’Europe, c’est absurde !

     

    EN 2006, IL Y A 6 ANS, FRANÇOIS HOLLANDE ET LE PS EXPRIMAIENT « LEURS SOUHAITS D’UNE AUTRE EUROPE »

     

    EN 2008, IL Y A 5 ANS, L’EXTRÊME GAUCHE EXPLIQUAIT « UNE AUTRE EUROPE EST POSSIBLE »

     

    N 2009, IL Y A 4 ANS, NICOLAS SARKOZY APPELAIT À VOTER UMP AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES CAR « C’EST LE MOMENT DE CONSTRUIRE UNE AUTRE EUROPE »

     

    EN 2009, IL Y A 4 ANS, NICOLAS DUPONT-AIGNAN APPELAIT À VOTER DLR AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES POUR « CHANGER D’EUROPE » ET POUR « CONSTRUIRE UNE AUTRE EUROPE »

     

     

    EN 2009, IL Y A 4 ANS, LE PARTI SOCIALISTE APPELAIT À VOTER PS AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES POUR « CHANGER D’EUROPE »

     

    EN 2012, LE FRONT DE GAUCHE A ADOPTÉ POUR SLOGAN : « POUR CHANGER D’EUROPE »

     

     

    Cette fumisterie intellectuelle a pour conséquence d’interdire du champ de la réflexion une autre idée, bien plus simple : celle qui consisterait tout bonnement à sortir de cette prétendue « construction européenne ».

     

    Source : http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/autre-europe

  • Olivier Delamarche le 09 Octobre 2012

  • Qui a voté pour la ratification du traité européen ?

    Analyse du scrutin n° 30 – Première séance du 09/10/2012

    Scrutin public sur
    l’ensemble du projet de loi autorisant la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire (1re lecture).

    Nombre de votants : 568

    Nombre de suffrages exprimés : 547

    Majorité absolue : 274

    Pour l’adoption : 477

    Contre : 70

    L’Assemblée nationale a adopté.

    Groupe socialiste, républicain et citoyen (297)

    Pour: 264

    M. Ibrahim Aboubacar, Mmes Patricia Adam, Sylviane Alaux, MM. Jean-Pierre Allossery, François André, Mme Nathalie Appéré, MM. Christian Assaf, Avi Assouly, Pierre Aylagas, Alexis Bachelay, Guillaume Bachelay, Jean-Paul Bacquet, Dominique Baert, Gérard Bapt, Frédéric Barbier, Serge Bardy, Mme Ericka Bareigts, M. Christian Bataille, Mme Marie-Noëlle Battistel, MM. Laurent Baumel, Philippe Baumel, Nicolas Bays, Mme Catherine Beaubatie, MM. Jean-Marie Beffara, Luc Belot, Mmes Karine Berger, Chantal Berthelot, Gisèle Biémouret, MM. Philippe Bies, Erwann Binet, Yves Blein, Jean-Luc Bleunven, Patrick Bloche, Daniel Boisserie, Mme Pascale Boistard, MM. Christophe Borgel, Florent Boudié, Mme Marie-Odile Bouillé, M. Christophe Bouillon, Mme Brigitte Bourguignon, M. Malek Boutih, Mme Kheira Bouziane-Laroussi, MM. Émeric Bréhier, Jean-Louis Bricout, Jean-Jacques Bridey, François Brottes, Gwenegan Bui, Mme Sabine Buis, M. Jean-Claude Buisine, Mme Sylviane Bulteau, MM. Vincent Burroni, Alain Calmette, Jean-Christophe Cambadélis, Mme Colette Capdevielle, MM. Yann Capet, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Christophe Castaner, Laurent Cathala, Jean-Yves Caullet, Guy Chambefort, Jean-Paul Chanteguet, Mme Marie-Anne Chapdelaine, M. Guy-Michel Chauveau, Mme Dominique Chauvel, MM. Jean-David Ciot, Alain Claeys, Jean-Michel Clément, Mme Marie-Françoise Clergeau, M. Philip Cordery, Mme Valérie Corre, M. Jean-Jacques Cottel, Mme Catherine Coutelle, M. Jacques Cresta, Mmes Pascale Crozon, Seybah Dagoma, MM. Yves Daniel, Carlos Da Silva, Pascal Deguilhem, Mme Florence Delaunay, M. Guy Delcourt, Mme Carole Delga, M. Sébastien Denaja, Mmes Françoise Descamps-Crosnier, Sophie Dessus, MM. Jean-Louis Destans, Michel Destot, Mmes Fanny Dombre-Coste, Sandrine Doucet, MM. Philippe Doucet, Jean-Luc Drapeau, Mme Françoise Dubois, M. Jean-Pierre Dufau, Mme Anne-Lise Dufour-Tonini, M. William Dumas, Mme Laurence Dumont, MM. Jean-Louis Dumont, Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Philippe Duron, Christian Eckert, Mmes Corinne Erhel, Sophie Errante, Marie-Hélène Fabre, Martine Faure, MM. Olivier Faure, Alain Fauré, Matthias Fekl, Vincent Feltesse, Hervé Féron, Richard Ferrand, Jean-Pierre Fougerat, Hugues Fourage, Mme Michèle Fournier-Armand, MM. Michel Françaix, Christian Franqueville, Jean-Claude Fruteau, Jean-Louis Gagnaire, Mme Geneviève Gaillard, M. Yann Galut, Mme Hélène Geoffroy, MM. Jean-Marc Germain, Jean-Patrick Gille, Jean Glavany, Yves Goasdoué, Mmes Geneviève Gosselin, Pascale Got, MM. Marc Goua, Jean-Claude Gouget, Laurent Grandguillaume, Mme Estelle Grelier, M. Jean Grellier, Mmes Edith Gueugneau, Élisabeth Guigou, Thérèse Guilbert, Chantal Guittet, M. David Habib, Mmes Danièle Hoffman-Rispal, Joëlle Huillier, Sandrine Hurel, Monique Iborra, Françoise Imbert, MM. Michel Issindou, Éric Jalton, Serge Janquin, Henri Jibrayel, Armand Jung, Laurent Kalinowski, Mme Marietta Karamanli, M. Philippe Kemel, Mmes Bernadette Laclais, Conchita Lacuey, M. Jérôme Lambert, Mme Colette Langlade, MM. Jean Launay, Pierre Léautey, Pierre-Yves Le Borgn’, Jean-Yves Le Bouillonnec, Patrick Lebreton, Gilbert Le Bris, Mme Anne-Yvonne Le Dain, M. Jean-Yves Le Déaut, Mme Viviane Le Dissez, MM. Michel Lefait, Dominique Lefebvre, Jean-Marie Le Guen, Mmes Annie Le Houérou, Annick Le Loch, Axelle Lemaire, M. Patrick Lemasle, Mmes Catherine Lemorton, Annick Lepetit, MM. Jean-Pierre Le Roch, Bruno Le Roux, Arnaud Leroy, Michel Lesage, Bernard Lesterlin, Serge Letchimy, Michel Liebgott, Mmes Martine Lignières-Cassou, Audrey Linkenheld, M. François Loncle, Mmes Gabrielle Louis-Carabin, Lucette Lousteau, MM. Jean-Pierre Maggi, Thierry Mandon, Mmes Jacqueline Maquet, Marie-Lou Marcel, MM. Jean-René Marsac, Philippe Martin, Mmes Martine Martinel, Frédérique Massat, Sandrine Mazetier, MM. Michel Ménard, Patrick Mennucci, Kléber Mesquida, Pierre-Alain Muet, Mme Corinne Narassiguin, M. Philippe Nauche, Mmes Ségolène Neuville, Nathalie Nieson, M. Philippe Noguès, Mmes Maud Olivier, Monique Orphé, M. Michel Pajon, Mme Luce Pane, MM. Christian Paul, Rémi Pauvros, Germinal Peiro, Hervé Pellois, Jean-Claude Perez, Mme Sylvie Pichot, M. Sébastien Pietrasanta, Mmes Martine Pinville, Christine Pires Beaune, M. Philippe Plisson, Mme Élisabeth Pochon, MM. Pascal Popelin, Dominique Potier, Mmes Émilienne Poumirol, Daphna Poznanski-Benhamou, MM. Patrice Prat, Joaquim Pueyo, François Pupponi, Mmes Catherine Quéré, Valérie Rabault, Monique Rabin, M. Dominique Raimbourg, Mme Marie Récalde, MM. Eduardo Rihan Cypel, Alain Rodet, Marcel Rogemont, Frédéric Roig, Bernard Roman, Gwendal Rouillard, René Rouquet, Alain Rousset, Boinali Said, Mmes Béatrice Santais, Odile Saugues, MM. Gilbert Sauvan, Gilles Savary, Christophe Sirugue, Mme Julie Sommaruga, MM. Pascal Terrasse, Gérard Terrier, Thomas Thévenoud, Mme Sylvie Tolmont, M. Jean-Louis Touraine, Mmes Catherine Troallic, Cécile Untermaier, MM. Jean-Jacques Urvoas, Daniel Vaillant, Mme Hélène Vainqueur-Christophe, M. Jacques Valax, Mme Clotilde Valter, MM. Michel Vauzelle, Olivier Véran, Fabrice Verdier, David Vergé, Patrick Vignal, Jean-Michel Villaumé, Jean Jacques Vlody et Mme Paola Zanetti.

    Contre: 20

    M. Pouria Amirshahi, Mme Marie-Françoise Bechtel, M. Jean-Pierre Blazy, Mmes Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, MM. Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Mme Linda Gourjade, MM. Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Mathieu Hanotin, Christian Hutin, Mme Chaynesse Khirouni, MM. Jean-Luc Laurent, Christophe Léonard, Michel Pouzol, Mme Marie-Line Reynaud, M. Denys Robiliard, Mme Barbara Romagnan et M. Gérard Sebaoun.

    Abstention: 9

    Mme Isabelle Bruneau, MM. Olivier Dussopt, Daniel Goldberg, Régis Juanico, Jean-Philippe Mallé, Mmes Dolores Roqué, Suzanne Tallard, MM. Stéphane Travert et Michel Vergnier.

    Non-votant: 1

    M. Claude Bartolone (Président de l’Assemblée nationale).

    Groupe de l’union pour un mouvement populaire (195)

    Pour: 167

    MM. Damien Abad, Bernard Accoyer, Yves Albarello, Mme Nicole Ameline, MM. Benoist Apparu, Olivier Audibert-Troin, Patrick Balkany, Jean-Pierre Barbier, François Baroin, Jacques Alain Bénisti, Xavier Bertrand, Étienne Blanc, Marcel Bonnot, Mme Valérie Boyer, MM. Xavier Breton, Philippe Briand, Bernard Brochand, Dominique Bussereau, Olivier Carré, Gilles Carrez, Jérôme Chartier, Luc Chatel, Gérard Cherpion, Guillaume Chevrollier, Alain Chrétien, Dino Cinieri, Éric Ciotti, Philippe Cochet, Jean-François Copé, François Cornut-Gentille, Édouard Courtial, Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, MM. Olivier Dassault, Marc-Philippe Daubresse, Bernard Debré, Bernard Deflesselles, Rémi Delatte, Patrick Devedjian, Mme Sophie Dion, MM. Jean-Pierre Door, Dominique Dord, David Douillet, Mmes Marianne Dubois, Virginie Duby-Muller, MM. Christian Estrosi, Daniel Fasquelle, Georges Fenech, François Fillon, Mme Marie-Louise Fort, MM. Yves Foulon, Marc Francina, Yves Fromion, Laurent Furst, Claude de Ganay, Sauveur Gandolfi-Scheit, Hervé Gaymard, Mme Annie Genevard, MM. Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Daniel Gibbes, Franck Gilard, Georges Ginesta, Charles-Ange Ginesy, Jean-Pierre Giran, Claude Goasguen, Jean-Pierre Gorges, Philippe Gosselin, Philippe Goujon, Mmes Claude Greff, Anne Grommerch, Arlette Grosskost, M. Henri Guaino, Mme Françoise Guégot, MM. Jean-Claude Guibal, Michel Heinrich, Michel Herbillon, Antoine Herth, Patrick Hetzel, Philippe Houillon, Guénhaël Huet, Sébastien Huyghe, Christian Jacob, Denis Jacquat, Christian Kert, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, M. Jacques Kossowski, Mme Valérie Lacroute, MM. Marc Laffineur, Jacques Lamblin, Jean-François Lamour, Guillaume Larrivé, Charles de La Verpillière, Thierry Lazaro, Alain Leboeuf, Mme Isabelle Le Callennec, MM. Pierre Lellouche, Bruno Le Maire, Jean Leonetti, Pierre Lequiller, Céleste Lett, Mmes Geneviève Levy, Véronique Louwagie, MM. Gilles Lurton, Jean-François Mancel, Alain Marc, Laurent Marcangeli, Hervé Mariton, Alain Marleix, Olivier Marleix, Franck Marlin, Philippe Armand Martin, Patrice Martin-Lalande, Alain Marty, Jean-Claude Mathis, François de Mazières, Jean-Claude Mignon, Pierre Morange, Pierre Morel-A-L’Huissier, Jean-Luc Moudenc, Alain Moyne-Bressand, Mme Dominique Nachury, MM. Yves Nicolin, Patrick Ollier, Mme Valérie Pécresse, MM. Jacques Pélissard, Bernard Perrut, Édouard Philippe, Michel Piron, Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, MM. Didier Quentin, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Bernard Reynès, Franck Riester, Arnaud Robinet, Camille de Rocca Serra, Mme Sophie Rohfritsch, MM. Martial Saddier, Paul Salen, François Scellier, Mme Claudine Schmid, MM. André Schneider, Jean-Marie Sermier, Fernand Siré, Thierry Solère, Michel Sordi, Éric Straumann, Claude Sturni, Alain Suguenot, Mme Michèle Tabarot, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Jean-Marie Tetart, Dominique Tian, François Vannson, Mme Catherine Vautrin, MM. Jean-Sébastien Vialatte, Jean-Pierre Vigier, Philippe Vitel, Michel Voisin, Jean-Luc Warsmann, Laurent Wauquiez, Éric Woerth et Mme Marie-Jo Zimmermann.

    Contre: 17

    MM. Julien Aubert, Jean-Claude Bouchet, Jean-Louis Christ, Gérald Darmanin, Jean-Pierre Decool, Lucien Degauchy, Nicolas Dhuicq, Christophe Guilloteau, Patrick Labaune, Lionnel Luca, Damien Meslot, Philippe Meunier, Jacques Myard, Jean-Frédéric Poisson, Christophe Priou, Michel Terrot et Patrice Verchère.

    Abstention: 6

    MM. Jean-Jacques Guillet, Marc Le Fur, Dominique Le Mèner, Thierry Mariani, Alain Marsaud et Mme Bérengère Poletti.

     

    Groupe de l’union des démocrates et indépendants (30)

    Pour: 28

    MM. Thierry Benoit, Jean-Louis Borloo, Gilles Bourdouleix, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Yannick Favennec, Edouard Fritch, Jean-Christophe Fromantin, Philippe Gomès, Francis Hillmeyer, Yves Jégo, Mme Sonia Lagarde, MM. Jean-Christophe Lagarde, Maurice Leroy, Hervé Morin, Bertrand Pancher, Henri Plagnol, Franck Reynier, Arnaud Richard, François Rochebloine, Rudy Salles, André Santini, François Sauvadet, Jonas Tahuaitu, Jean-Paul Tuaiva, Francis Vercamer, Philippe Vigier et Michel Zumkeller.

    Contre: 1

    M. François-Xavier Villain.

    Abstention: 1

    M. Philippe Folliot.

    Groupe écologiste (17)

    Pour: 3

    MM. Éric Alauzet, Christophe Cavard et Jean-Louis Roumégas.

    Contre: 12

    Mmes Laurence Abeille, Brigitte Allain, Isabelle Attard, M. Denis Baupin, Mme Michèle Bonneton, MM. Sergio Coronado, François-Michel Lambert, Noël Mamère, Mmes Véronique Massonneau, Barbara Pompili, M. François de Rugy et Mme Eva Sas.

    Abstention: 2

    Mme Danielle Auroi et M. Paul Molac.

    Groupe radical, républicain, démocrate et progressiste (16)

    (Partis membres Parti radical de gauche , GUSR , MoDem , Mouvement unitaire progressiste , Divers gauche )

    Pour: 14

    MM. Thierry Braillard, Ary Chalus, Gérard Charasse, Mme Jeanine Dubié, M. Paul Giacobbi, Mme Annick Girardin, MM. Joël Giraud, Jacques Krabal, Jacques Moignard, Mme Dominique Orliac, MM. Thierry Robert, Stéphane Saint-André, Roger-Gérard Schwartzenberg et Alain Tourret.

    Abstention: 2

    MM. Jean-Noël Carpentier et Olivier Falorni.

    Groupe de la gauche démocrate et républicaine (15) (front de  gauche)

    Pour: 1

    M. Bruno Nestor Azérot.

    Contre: 13

    M. François Asensi, Mme Huguette Bello, M. Alain Bocquet, Mme Marie-George Buffet, MM. Jean-Jacques Candelier, Patrice Carvalho, Gaby Charroux, André Chassaigne, Marc Dolez, Mme Jacqueline Fraysse, MM. Alfred Marie-Jeanne, Jean-Philippe Nilor et Nicolas Sansu.

    Abstention: 1

    M. Gabriel Serville.

    Non inscrits (7)

    Contre: 7

    Mme Véronique Besse, MM. Jacques Bompard, Gilbert Collard, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, Mme Marion Maréchal-Le Pen et M. Yannick Moreau.

     

    MISES AU POINT AU SUJET DU PRÉSENT SCRUTIN (N° 30)

    (Sous réserve des dispositions de l’article 68, alinéa 4, du Règlement de l’Assemblée nationale)

    Mme Sylvie Andrieux, M. Claude Bartolone, Mme Françoise Dumas, M. Philippe Le Ray qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu’ils avaient voulu « voter pour ».

    Source : http://www.assemblee-nationale.fr/14/scrutins/jo0030.asp

  • Evolution des ventes d’armes dans le monde

  • Paul Jorion : « Le travail disparaît »

    Pour l’anthropologue Paul Jorion, invité de « Ce soir (ou jamais !), le travail tend à disparaître.

     

    Paul Jorion1, né le 22 juillet 19462 à Bruxelles, est un chercheur en sciences sociales, de nationalité belge, ayant fait usage des mathématiques dans de nombreux champs disciplinaires : anthropologie, sciences cognitives, et économie3. Il est l’un des rares commentateurs économiques à avoir anticipé la crise des subprimes américains de 2007 et le risque de récession mondiale qui en a résulté, dans son ouvrage Vers la crise du capitalisme américain4.

    Il a enseigné dans les universités de Bruxelles, Cambridge [réf. nécessaire], Université Paris-VIII [réf. nécessaire] et l’Université de Californie à Irvine. Il a également été fonctionnaire des Nations-unies (FAO), participant à des projets de développement en Afrique.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Jorion

    http://www.pauljorion.com/blog/