• Henri Guaino: « On va finir dans la grande dépression des années 1930 »

    « On va finir dans la grande dépression des années 30. Le risque est devant nous », a-t-il déclaré, « si le climat est pourri, c’est parce que la situation économique se dégrade ». « Tout s’effondre », a-t-il ajouté.

    http://blurblawg.typepad.com/.a/6a00e54f871a9c88330120a5cd8c11970c-500pi

    « Rappelons-nous des leçons des années 30 », a lancé Henri Guaino.

    Oui rappelons nous ….

    « Les États-Unis tentèrent d’assainir les pratiques bancaires en leurs donnant un cadre légal plus strict, afin de protéger et rassurer les clients. En 1933, le banking act ou Glass-Steagall Act est voté dans ce but. Il instaure une séparation entre les banques de dépôts (épargne et prêt) et les banques d’investissements (vente de valeurs mobilières diverses).

    Après avoir été largement contourné par l’ensemble de la profession bancaire, il a finalement été abrogé en 1999 puis avec la Crise Economique de 2008 remis en place par Barack Obama cette année-là. »

    D’ailleurs si M. Arnaud MONTEBOURG et M. Jean-Marc AYRAULT qui semblaient s’être engagé auprès de http://www.roosevelt2012.fr/collectif , s’il pouvais faire quelque chose dans ce sens …

     

  • Ayrault reconnaît que le traité européen n’a “pas été renégocié”

    Ayrault reconnaît que le traité européen n’a “pas été renégocié”

    Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reconnu, jeudi soir sur France 2, que d’”un point de vue juridique” le traité européen n’avait pas été renégocié depuis la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle en mai.C’est la principale critique des opposants au pacte budgétaire européen (TSCG). Selon eux, François Hollande ne l’a pas renégocié, contrairement à sa promesse de campagne. “S’il a renégocié, il doit nous dire quel mot, quelle virgule a été changée. Ils ne peuvent pas démontrer ce qu’ils disent”, a une nouvelle fois raillé Jean-Luc Mélenchon jeudi dans une interview à 20 minutes.

    Mais jusqu’à présent, François Hollande avait affirmé le contraire. En donnant son feu vert à ce traité fin juin, suite au sommet de Bruxelles, le chef de l’Etat avait jugé avoir rempli son contrat. “Dans la campagne présidentielle, j’avais annoncé que je voulais renégocier ce qui avait été décidé (…) Ce sommet a permis d’aboutir à cette renégociation”, avait alors déclaré le président français.

    Jeudi soir, sur le plateau de Des Paroles et des Actes sur France 2, Jean-Marc Ayrault a en quelque sorte fait marche arrière. “D’un point de vue juridique, si vous prenez la ligne exacte de la phrase qui sera soumise à la ratification”, le traité n’a “pas été renégocié”, a reconnu le Premier ministre. Mais ce n’est pas là le plus important, a-t-il fait valoir, défendant le “paquet européen”. Ce qui compte, “c’est tout ce qui va avec : le paquet croissance, le paquet perspective pour enfin faire que l’Europe ne soit pas seulement une zone de libre-échange, mais qu’elle porte aussi un projet, qu’elle redonne de l’espoir”, a conclu Jean-Marc Ayrault.

    Par ailleurs, ce dernier a indiqué qu’il n’y aurait pas de vote mardi prochain à l’Assemblée nationale sur sa déclaration de politique européenne. “Le vote, c’est le vote sur le traité et c’est le vote sur la loi organique. Il n’y a pas d’autre vote à avoir”, a-t-il affirmé.

    Sources : France2 / JDD / Le Journal du Siècle

Page 1 sur 11