• La face gay de Jean-Marie Le Pen

     

    jeune-le-pen-1960

    Jean-Marie Le Pen, vétéran d’Indochine et militant conservateur en 1960
    Un ouvrage paru jeudi rappelle l’ambiguïté du fondateur du FN sur la question homosexuelle. Parce qu’il gardait de bons souvenirs de ses propres expériences?

    «En souvenir de nos délicieux moments passés ensemble», c’est ainsi que Jean-Marie Le Pen aurait dédicacé un manuscrit envoyé à son contemporain André Labarrère, le maire socialiste de Pau, dans les années 1980. Dans «Le Pen, une histoire française», qui vient de sortir en librairie, les auteurs Philippe Cohen et Pierre Péan consacrent quelques pages aux rapports ambigus du fondateur du Front National à l’homosexualité. Ils n’excluent pas que ce dernier ait eu un bref flirt avec Labarrère, une des premières personnalités ouvertement gay de la scène politique française, disparu en 2006. Dans un style très vieille France, le socialiste aurait dit à l’époque que la fameuse dédicace faisait allusion «une tendre initiation au plaisir entre hommes.» Non sans malice, sans doute. De fait, les deux hommes auraient fait connaissance au début des années 1950, dans le milieu du syndicalisme étudiant. A l’époque, c’était un «très beau type, grand, fin, qui ne me laissait pas de marbre», avait mentionné Labarrère à «Têtu». Interrogé sur cette possible relation, Jean-Marie Le Pen l’a balayé d’un revers de la main: le maire de Pau «fantasmait».

    «Qu’il y ait des hommes qui s’aiment, pourquoi pas?»
    Au-delà du discours officiel du FN stigmatisant l’homosexualité comme une «anomalie biologique et sociale», Jean-Marie Le Pen a entretenu une certaine indulgence sur ce thème. Le livre rappelle qu’en 2004, il avait atterré ses propres militants en déclarant: «Qu’il y ait des hommes qui s’aiment, pourquoi pas? Si l’on veut donner à cet outing un caractère officiel, ce n’est pas une affaire d’Etat». Le Front avait dû faire paraître une mise au point à la suite de cette sortie.

    http://360.ch/blog/magazine/2012/11/la-face-gay-de-jean-marie-le-pen/

  • FN : Anti-système et Anti-européen ???

    Mme Le Pen se présente volontier comme « la » candidate en rupture avec le système, mais qu’en est-il vraiment ?

    fn.jpg

     

    Pour la bonne information de nos lecteurs, nous croyons utile de rappeler ici les points suivants :

    ==========

    a)- La rémunération de député au parlement européen se calcule comme suit :
    Salaire de base : 6200,72 € par mois NETS
    + Indemnité de frais généraux: 4299 € par mois
    + Indemnité annuelle de voyage : 4243 € par an
    ( soit 353,58 € / mois – hors réunions officielles)
    + Indemnité JOURNALIÈRE : 304 € par JOUR DE PRÉSENCE au parlement européen ; soit par exemple 4.256 € /mois pour 14 jours de présence au parlement par mois.
    + Remboursement des frais de transport en Avion classe Affaires
    —————————————————————————————-
    = Soit un TOTAL de 15.109,30 € par mois net, sur la base de 14 jours de travail sur place.

    A ceci s’ajoute une « enveloppe forfaitaire » globale pour payer les collaborateurs de 21.209 € par mois versés à chaque parlementaire, ce qui lui permet de s’offrir le service d’au moins 3 collaborateurs.

    Il est important de préciser que le coût total d’un député (qui est donc de l’ordre de 36.000 € par mois) est intégralement payé par les contribuables de chaque pays ressortissant, donc par les contribuables français pour les députés français au parlement européen.

    ==========

    b) M. Jean-Marie Le Pen a été :
    – élu député du FN au parlement européen le 17 juin 1984,
    – réélu le 15 juin 1989,
    – réélu le 12 juin 1994,
    – réélu le 13 juin 1999,
    – réélu le 13 juin 2004,
    – réélu le 7 juin 2009.

    M. Jean-Marie Le Pen est donc élu député du Front National au Parlement européen, théoriquement pour protester contre l’Europe, SANS INTERRUPTION depuis le 17 juin 1984, soit depuis 27 ans et 6 mois. Son mandat actuel arrive à expiration en juin 2014.

    La rémunération d’un député européen étant de l’ordre de 15.000 euros nets par mois en intégrant les primes diverses (cf. supra), on peut estimer que M. Jean-Marie Le Pen a donc perçu, au cours des 27 ans et demi qui viennent de s’écouler, une rémunération de l’ordre de 5 MILLIONS D’EUROS en tant que parlementaire européen.

    Bien entendu, il n’échappe à personne que le « programme » et les vociférations contre l’Europe que M. Le Pen a formulées depuis 27 ans et demi n’ont pas empêché d’un iota la mise sous tutelle de la France par l’oligarchie euro-atlantiste.

    ==========

    c) Mme Marine Le Pen, en fidèle émule de son père, suit le même chemin. Elle a été :
    – élue députée du FN au parlement européen le 13 juin 2004,
    – réélue le 7 juin 2009.

    Mme Le Pen est donc élue députée du Front National au Parlement européen, théoriquement pour protester contre l’Europe, SANS INTERRUPTION depuis le 13 juin 2004, soit depuis 7 ans et 6 mois. Son mandat actuel arrive à expiration en juin 2014.

    On peut estimer que Mme Le Pen a donc perçu, au cours des 7 ans et demi qui viennent de s’écouler, une rémunération de l’ordre de 1,350 MILLION D’EUROS en tant que parlementaire européenne.

    ==========

    Ce rappel factuel, « curieusement » jamais rappelé ni par la presse ni par les autres partis politiques, permet de mieux saisir à quoi sert réellement le Front National et quel est l’intérêt financier de la famille qui profite à plein de cette escroquerie monumentale fondée sur la crédulité des Français.

    Elle permet aussi de comprendre pourquoi jamais, au grand jamais, la « SARL Le Pen » ne proposera pour de bon de faire sortir la France d’une construction politique dont elle vit :

    => elle fera toujours semblant de la dénoncer, comme elle le fait depuis 28 ans, car elle n’est élue qu’à cette condition par des électeurs crédules.

    => mais elle s’ingéniera toujours à désamorcer toute remise en cause autre que pour rire, car elle n’est médiatisée qu’à cette seule condition : elle ne peut émettre que des protestations brouillonnes, incohérentes, sans remise en perspective historique, décrédibilisées par ailleurs par des « dérapages » révulsifs sur d’autres sujets, donc totalement inoffensives.

    Voilà le « contrat » qui lie le clan le Pen au Système.

    En somme, le destin de la France est pris en otage depuis 29 ans pour assurer le train de vie de M. Le Pen père (président « d’honneur » et trésorier du FN), Mme Le Pen fille (présidente du FN), M. Le Pen gendre (Louis Aliot, vice président du FN) et Mlle Marion Maréchal-Le Pen (petite fille).

    =======
    Texte par l’Équipe UPR via Facebook

Page 1 sur 11