• Stéphane Soumier boute-en-train :) #sncf

    Eco Vibes, le blog de Stéphane Soumier

    Stéphane Soumier

    Animateur | Blogueur
    son blog

    Les avantages des cheminots. Dieu sait qu’on ne trouvera plus grand monde pour les défendre. Et fort de cet adage, la cour des comptes se dit qu’elle va lancer cet os aux chiens que nous sommes (journalistes) et qu’elle doit sans doute souverainement mépriser (d’ailleurs elle n’a pas tort puisque ça marche)

    Donc les cheminots bénéficient d’avantages « indus » au titres de billets gratuits, pour eux et leur famille, et (ça, ça vaut son pesant de cacahuètes) « la perspective de l’ouverture totale du transport ferroviaire à la concurrence nécessite d’ouvrir le dossier »

    La cour avance une fourchette « un cout d’une cinquantaine de millions d’euros à des sommes dépassant significativement les 100 millions d’euros ». On goûte la précision. Et pour cause. Le calcul de ce coût est infiniment complexe. Marginal et quasi nul dans des trains où il y a de la place, coût commercial plein pot dans les trains bondés. Il faut donc reprendre billet par billet. La cour a-t-elle fait ce travail ?

    Si oui, c’est du temps perdu, et c’est bien elle qui doit se remettre en cause. Outre le poids très relatif d’une dépense de 100 millions d’Euros sur un chiffre d’affaires qui dépasse les 30 milliards, la cour ne peut pas ignorer qu’il s’agit là d’un élément symbolique et structurant du pacte social de l’entreprise, et que l’on peut penser (comme la réformes des retraites de Sarkozy) qu’y toucher coûterait sans doute plus que ça ne rapporterait à l’entreprise

    A un moment, il va falloir que nos élites administratives s’intéressent au contrat social. A l’alchimie très étrange qui fait qu’une entreprise fonctionne, aux équilibres toujours fragiles mis en place par les DRH. Je vais vous le dire franchement, je mets dans le même sac les matamores de foire agricole qui nous disent qu’il faut « travailler 39 heures payées 35 ». Peut-être, j’en sais rien, eux non plus, dans tel secteur, pas dans d’autres, dans telle entreprise, et d’ailleurs souvent, si c’est le cas, elle le fait déjà, pas dans d’autres qui ont fait d’autres choix sociaux

    L’entreprise servait de slogan dans les années 70. On voit où ça nous a mené. Le problème des 35 heures, c’est moins les 35 heures que la taille unique.

    Bref, messieurs, ce serait trop demander que de réfléchir deux minutes avant de parler des relations de travail ?

    la suite ici

  • La théorie du genre n’existe pas ?

    Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale du PS aux questions de société et porte-parole de Ségolène Royal.

     

    Théorie du genre: «Il est essentiel d’enseigner aux enfants le respect des différentes formes d’identité sexuelle, afin de bâtir une société du respect»

    INTERVIEW – Selon Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale du PS aux questions de société et porte-parole de Ségolène Royal, les parlementaires n’ont pas à faire d’incursion dans le contenu des manuels scolaires…

    Ce mercredi, le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, a soutenu sans réserve les 80 députés réclamant le retrait de manuels scolaires qui reprennent la théorie du genre, en estimant qu’ils «posent une vraie question».

    >> Lire ici l’interview d’Hervé Mariton, député UMP de la Drôme, signataire de la lettre demandant le retrait des manuels incriminés

    A l’inverse, le Parti socialiste a fait savoir mardi que «cette tentative de députés est inacceptable sur la forme comme sur le fond». Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale du PS aux questions de société et porte-parole de Ségolène Royal, explique à 20Minutes pourquoi les parlementaires ne doivent pas se mêler du contenu des manuels scolaires.

    Pourquoi la lettre des 80 parlementaires UMP vous semble-t-elle problématique?

    Parce que les députés n’ont pas à écrire les programmes, sauf s’il s’agit de théories qui touchent aux valeurs de la nation, telles que la condamnation du négationnisme ou a contrario les lois mémorielles. La dernière fois que la droite a voulu écrire un manuel scolaire c’était en 2005, quand le même Christian Vanneste voulait inscrire le rôle positif de la colonisation dans les livres d’histoire.

    Le politique n’a pas à écrire l’histoire ou à expliquer la science, il doit changer la société. Sans compter que ce qui fait réagir ces 80 députés, ce qui leur semble plus insupportable que tout, ce n’est pas la précarité dans laquelle on plonge délibérément l’école, mais quelques phrases qui froissent leurs convictions personnelles rétrogrades.

    En quoi la «théorie du genre» peut-elle aider à changer la société?

    La théorie du genre, qui explique «l’identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets.

    Les manuels de sciences et vie de la terre (SVT) ne devraient-ils pas enseigner la sexualité humaine en se limitant strictement à sa dimension biologique, et pas à sa dimension sociale?

    Le vrai problème de société que nous devons régler aujourd’hui, c’est l’homophobie, et notamment les agressions homophobes qui se développent en milieu scolaire. L’école doit redevenir un sanctuaire, et la prévention de la délinquance homophobe doit commencer dès le plus jeune âge. Un jeune homosexuel sur cinq a déjà été victime d’une agression physique, et près d’un sur deux a déjà été insulté. Il est essentiel d’enseigner aux enfants le respect des différentes formes d’identité sexuelle, afin de bâtir une société du respect.

    http://www.20minutes.fr/politique/778750-theorie-genre-il-essentiel-enseigner-enfants-respect-differentes-formes-didentite-sexuelle-afin-batir-societe-respect

     

    Voici également un tweet du PS :

     https://twitter.com/partisocialiste/status/177784211686703104

  • Quand la bêtise désarme : La stupidité comme mode de management

    La culture de la stupidité serait à l’origine de la crise financière de la City. Une étude anglo-saxonne note que l’intelligence des salariés est systématiquement découragée en temps de crise.

    Copyright Reuters

    Voilà une étude qui devrait pousser les managers à s’interroger. Un rapport rédigé par les professeurs Andre Spicer (de la Cass Business School, qui fait partie de l’université City University de Londres) et Mats Alvesson (de l’université de Lund, en Suède), suggèrent que la culture au sein des entreprises de services financiers décourage les employés d’utiliser l’ensemble de leurs capacités intellectuelles….. Cela signifie que des questions importantes ne sont pas posées et que les oublis qui en résultent peuvent aboutir à des scandales comme la manipulation du LIBOR.
    Dans « A stupdity-Based Theory of Organizations », ces deux professeurs vont jusqu’à indiquer que la série de scandales qui a frappé le monde de la finance en 2012 peut être attribuée à une culture largement répandue de la « stupidité fonctionnelle ». Des entreprises au sein desquelles la connaissance prime, comme les banques, ont développé une culture prônant l’attitude « N’y réfléchissez pas, faites-le. ». Réfléchir trop longuement à des difficultés et poser des questions gênantes sont des attitudes systématiquement découragées.

    Source

  • L’ASN informe sur l’incident survenu à #Fessenheim

    L’ASN a été informée par EDF le 5 septembre d’un incident lié à un dégagement gazeux survenu vers 15h dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires [1] (BAN) de la centrale nucléaire de Fessenheim.

    Lors d’une manipulation d’eau oxygénée, produit chimique non radioactif, un déversement a provoqué un dégagement de vapeur, qui a déclenché les capteurs de détection incendie. Conformément à la convention entre les services publics et la centrale, les pompiers ont été dépêchés sur place. Il n’y a pas eu d’incendie.

    Les neufs personnes présentes dans les locaux lors de l’incident ont été examinées et ne présentent aucune blessure.

    Cet incident n’a pas eu de conséquence sur l’environnement.

    http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2012/L-ASN-informe-sur-l-incident-survenu-a-Fessenheim

  • Dernière info – 17h39: «Deux personnes ont été légèrement brûlées à travers leurs gants»

    Dernière info – 17h39: «Deux personnes ont été légèrement brûlées à travers leurs gants», suite à un incident lié à la manipulation d’un produit chimique (du péroxyde d’hydrogène), et non à un incendie, a indiqué à l’AFP un porte-parole au siège parisien d’EDF.

  • Incident à la centrale de Fessenheim, deux blessés

    Deux personnes ont été légèrement brûlées suite à un incident de nature chimique qui s’est produit mercredi à la centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, a-t-on appris auprès d’EDF. « Deux personnes ont été légèrement brûlées à travers leurs gants », suite à un incident lié à la manipulation de produits chimiques, et non à un incendie, a indiqué à l’AFP un porte-parole du groupe. « Ce n’est pas un incendie », a estimé de son côté la préfecture, selon les premières informations dont elle disposait. « Il y a eu un dégagement de vapeur d’eau oxygénée produit suite à l’injection dans un réservoir de péroxyde d’hydrogène qui a réagi avec de l’eau », a ajouté un porte-parole. Les pompiers du Haut-Rhin « sont en cours d’intervention, avec une cinquantaine d’hommes sur place », a précisé un officier du Codis. « D’après les premières informations, il y a des victimes, mais nous n’en savons pas plus pour l’instant », a-t-il ajouté.

     

     

  • Tricher est nécessaire pour 24% des cadres de Wall Street et de la City

     

    Près d’un quart des dirigeants de Wall Street et de la Bourse de Londres estiment que des conduites malhonnêtes ou illégales sont nécessaires pour réussir dans le monde de la finance, selon un sondage publié mardi par le cabinet d’avocats new-yorkais Labaton Sucharow.

     

    Quelque 24% des 500 cadres supérieurs dans le secteur financier à New York ou à la City de Londres interrogés par le cabinet américain ont indiqué qu’ils étaient « susceptibles d’adopter des méthodes malhonnêtes ou illégales pour réussir« , selon cette enquête.

    En outre, 16% d’entre eux ont admis qu’ils n’hésiteraient pas à commettre un délit boursier, tel que le délit d’initiés — lorsqu’une personne achète ou vend des actifs en se basant sur des informations privilégiées — s’ils pouvaient s’en tirer sans poursuites.

    « Quand la malhonnêteté est une pratique communément acceptée par les professionnels de la finance, c’est l’intégrité même de tout notre système financier qui est en danger« , a commenté Jordan Thomas, un des responsables du cabinet américain.

    Cette étude intervient en plein scandale du Libor sur les manipulations du marché interbancaire, qui a éclaboussé la britannique Barclays, et peu après la révélation d’une perte exceptionnelle de l’américaine JPMorgan Chase, se situant autour de 4 à 5 milliards de dollars, selon la presse américaine, deux événements témoignant de comportements déviants des salles de marchés.

    L’affaire de manipulations de taux interbancaires, qui avait suscité de vives réactions du public, vient de pousser trois hauts dirigeants de la banque Barclays, dont son patron Bob Diamond, à démissionner.

    Quelque 39% des cadres interrogés estiment que leurs concurrents ont déjà pratiqué des activités illégales ou malhonnêtes, ajoute l’enquête, et 30% d’entre eux pensent que leurs salaires ou leurs bonus les poussent à enfreindre le code de déontologie.
    AFP

Page 1 sur 11