• Pauvre Martin Bouygues …

    Bouygues Telecom est à la peine après la nouvelle donne créée par Free Mobile. Martin Bouygues, PDG du groupe, regrette des choix politiques et des décisions administratives prises sans anticiper les conséquences.

     

    Bouygues Telecom souffre de l’arrivée de Free Mobile, et Martin Bouygues n’entend pas porter le chapeau. «Le précédent gouvernement nous a fait les poches en fin d’année en nous vendant les licences 4G et, quelques mois après, il nous fracasse avec l’arrivée de Free. J’avais écrit à François Fillon pour l’alerter, mais il ne m’a pas ­répondu», s’insurge-t-il.

    Sans ­­ou­blier l’empilement de taxes sec­torielles diverses: «Chaque mois quasiment, on nous inventait une nouvelle taxe sur le mobile, résultat, le jouet est cassé», poursuit-il.

    «Avant de lancer le 4e opérateur, quelles études d’impact ont été faites? Y en a-t-il eu? Ce sont des informations qui devraient être publiées. Là, rien, zéro»,déplore Martin Bouygues en ajoutant: «Résultat, l’amélioration du pouvoir d’achat va être passagère, pour l’emploi c’est un désastre, et l’État devrait y perdre en recettes fiscales aux alentours d’un milliard d’euros par an»,

    Le régulateur des télécoms ­(Arcep), que le gouvernement envisage de rapprocher de son homologue média (CSA), n’est pas non plus épargné dans cette diatribe: «Le régulateur ne nous pose même pas de questions sur ce qui est en train de nous arriver. Je suis épaté, franchement estomaqué.»

    Hémorragie stoppée

    Volontiers alarmiste, Martin Bouygues? C’est que les sommes en jeu sont considérables. Et que Bouygues Telecom, son «bébé», celui qui lui a fait ­gagner ses galons de capitaine d’industrie, est à la peine.

    Certes, l’hémorragie de clients est stoppée: Bouygues Telecom a regagné 55.000 clients au forfait au deuxième trimestre, inversant bel et bien la tendance après la perte nette de 379.000 clients au premier trimestre. Mais son résultat net a fondu de 57 % à 92 millions d’euros.

    «La situation est très difficile pour l’ensemble des collaborateurs du groupe», souligne-t-il, alors qu’un plan de départs volontaires portant sur 556 postes est en cours.

    Cette contre-performance de la filiale télécoms pèse sur le résultat total du groupe, qui recule de 29 %. Ce mercredi, l’action Bouygues a dégringolé:elle a perdu 8,95% à 19,95 euros, de loin la plus forte baisse de l’indice CAC 40.

    Partage de réseaux

    Que peut-il se passer maintenant? Martin Bouygues réclame la fin, le plus tôt possible, du système ­d’itinérance qui permet à Free Mobile d’utiliser le réseau d’Orange. Il a écrit un courrier en ce sens début juillet à tous les parlementaires, qui «ont été nombreux à lui répondre», indique-t-il. «Les prix très bas pratiqués par Free Mobile ne sont pas le résultat de son outil de production. Ils s’expliquent parce que Free Mobile a des coûts variables, alors que les trois autres ­opérateurs ont des coûts fixes», ­affirme-t-il.

    Le partage de réseaux entre opérateurs peut-elle être une solution? «Nous ne sommes pas contre. Mais la mutualisation n’est envisageable que si elle est équitable. Or Orange, SFR et Bouygues Telecom ont chacun investi environ 10 milliards d’euros pour construire leur réseau, alors que Free veut investir 1 milliard.»

    Sans compter que les récentes pannes, notamment celle intervenue sur le réseau Orange début juillet, soulignent l’importance de disposer de plusieurs réseaux pour éviter la panne générale.

    En attendant, le groupe se bat sur tous les fronts: il se déploie dans le haut débit fixe où il a gagné 70 000 nouveaux abonnés, il développe la 4G, a lancé sa nouvelle Bbox Sensation, se renforce dans la distribution et le service client grâce à un accord avec Darty. La bataille des télécoms continue.

    Source : http://www.lefigaro.fr/societes/2012/08/29/20005-20120829ARTFIG00507-free-la-colere-de-martin-bouygues.php

     

    ps : je voudrai quand même rappeler ceci :

    En décembre 2005, les trois opérateurs avaient été jugé coupables par le Conseil de la concurrence d’entente illicite, ayant pour effet de plomber le dynamisme concurrentiel sur le marché.

    Source : http://www.01net.com/editorial/405192/le-cartel-des-operateurs-mobiles-de-nouveau-condamne/

Page 1 sur 11