• Oups ! L’austérité était une erreur… (FMI)

    Par Daniel Schneidermann, Fondateur d’@rrêt sur images

    Désolé d’interrompre la conversation nationale sur Depardieu, nouvelle idole des jeunes en Mordovie, mais je voudrais juste vous signaler une petite nouvelle, qui vous a peut-être échappé : l’austérité, c’était une erreur. Oui, je sais, rien de neuf, on n’arrête pas de le répéter ici, notamment dans les chroniques de l’éconaute. Mais cette fois, ce n’est pas seulement nous qui le disons.
    Ce sont deux types nommés Olivier Blanchard et Daniel Leigh. Vous ne les connaissez pas, je sais bien. Et vous avez des excuses : ils n’ont jamais revêtu la blouse nationale de Mordovie, et ne se sont pas prononcés, à ma connaissance, sur l’euthanasie des éléphantes. Ils n’ont donc aucune raison de passer au 20 Heures. Mais l’un (Leigh) est économiste au FMI, et l’autre (Blanchard), chef économiste dans la même estimable institution.

    Olivier Jean Blanchard est un macroéconomiste français, spécialiste de l’économie du travail. Il est professeur au Massachusetts Institute of Technology et depuis le 1er septembre 2008, chef économiste au Fonds monétaire international. Wikipedia

     

    Daniel Leigh

    Daniel Leigh est économiste au Département des études du FMI, où il travaille sur les Perspectives de l’économie mondiale. Il a également siégé aux équipes du FMI d’un certain nombre d’économies de marché émergentes, dont la Colombie, le Gabon, la Hongrie, la Lituanie et le Pérou. Ses intérêts de recherche se répartissent dans le domaine général de la macroéconomie internationale.

     

     

    Et donc, dans un colloque économique en fin de semaine dernière, ils ont admis un léger bug dans les calculs. En fait, voyez comme c’est ballot, au FMI, dans un moment de distraction, ils ont mal réglé leurs ordinateurs. Et ils avaient juste sous-estimé l’impact négatif des politiques d’austérité sur la croissance.

    Faux coefficient de calcul

    En gros, ils ne pensaient pas que l’austérité assécherait à ce point la demande, et donc l’économie. Si si, je vous jure que c’est vrai, leur coefficient de calcul était faux, la reconnaissance de la grosse boulette est attestée sur des sites sérieux, ici ou .

    Ils ne savaient pas, comme le rappelle Paul Krugman dans le New York Times, qu’en économie, mes dépenses sont tes revenus, et mes revenus sont tes dépenses. Ça doit être une question de formation continue. Il faudrait accorder quelques jours par an de formation continue aux chefs économistes du FMI.

    Évidemment, ce n’est pas le FMI, en tant qu’institution, qui reconnaît qu’elle s’est trompée. Ces choses-là ne se font pas. Blanchard et Leigh, ils ont bien pris soin de le préciser, s’expriment à titre personnel. Bien sûr, bien sûr. Et c’est forcément pour cette raison qu’à l’heure où j’écris, cette nouvelle a totalement échappé aux médias français (à quelques exception près, ndlr de Rue89), et accessoirement au gouvernement français (comment l’ai-je apprise moi-même ? Parce que je suis abonné au compte Twitter d’un spécialiste des petits Mickeys, voyez le sérieux de mes sources !).

    Sinon, on imagine bien qu’on ne s’écharperait pas sur le nombre de demandes de naturalisations belges, sur le régime fiscal en Russie et sur l’euthanasie des éléphantes.

    Franchement, je ne vois aucune autre raison.

    http://www.rue89.com/2013/01/07/oups-lausterite-etait-une-erreur-fmi-238357

  • L’auteur d’une étude choc sur un OGM se dit attaqué par des lobbies

     

    CAEN – Le professeur Gilles-Eric Séralini, qui a dirigé une étude choc sur la toxicité d’un OGM, en cours d’examen par les autorités sanitaires, s’est dit lundi attaqué de manière extrêmement malhonnête par des lobbies en réponse aux
    critiques sur son étude dévoilée mercredi.

    Je suis attaqué de manière extrêmement malhonnête par des lobbies qui se font passer pour la communauté
    scientifique. C’est le même lobby qui a permis l’autorisation de ces produits et qui est activé par les entreprises de biotechnologies, a estimé l’universitaire de Caen interrogé par l’AFP.

    C’est une entreprise de salissement de l’individu pour essayer de discréditer son travail parce que la conséquence, ce
    serait qu’on les (les entreprises de biotechnologies, ndlr) oblige à faire des études à long terme, a ajouté M. Séralini, répétant qu’il venait de publier l’étude la plus longue et détaillée jamais faite sur un OGM.

    Cette étude du maïs NK 603 et du Round Up, produits par Monsanto et importés en Europe, menée sur 200 rats pendant deux ans, a été publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology, qui a aussi publié par le passé des travaux favorables aux OGM.

    Il est en particulier reproché à cette étude de porter sur un trop petit nombre de rats: des groupes de 10 rats soumis à des traitements
    différents, et sur une race de rats qui a tendance plus que d’autres à développer des tumeurs.

    Toutes les études du monde sont faites là-dessus (des échantillons de 10, ndlr). Le NK 603 a été autorisé sur cette base. Si on
    ne peut pas tirer de conclusions il faut aussi tout de suite interdire tous les OGM, répond le professeur qui ajoute que la pomme de terre OGM de BASF a été autorisée avec des tests sur cinq rats.

    Tout ceux qui ont aboyé (contre l’étude) sont à l’origine de l’autorisation de ces produits, et ils l’ont fait sur la base de tests sur la même souche rat, avec des échantillons de 10 rats pendant seulement trois mois et avec pas avec autant de tests, ajoute M.
    Séralini, c’est ridicule.

    Le professeur se dit conscient que son étude a ses limites et je l’ai dit dans mon livre (à paraître mercredi). On pourrait
    faire (des groupes de) 50 rats mais c’est aux pouvoirs publics de financer, ça ne peut plus être un laboratoire indépendant qui finance 20 millions d’euros, a-t-il ajouté.

    Dans son étude les groupes de rats traités meurent plus tôt sauf un, qui présente des problèmes rénaux graves, insiste le chercheur qui
    a observé chez les rats traités une explosion des tumeurs ou des affections des reins et du foie au 11e et 12e mois, qui correspond à l’âge de 35/40 ans chez l’homme.

    Et on ne se base pas que sur ces courbes de mortalité ou de tumeurs. C’est corroboré statistiquement par la biochimie et par l’observation d’organes et de tumeurs sur 200 rats. On sait de quoi les rats sont morts, ajoute M. Séralini qui réaffirme que son étude conclut clairement que la toxicité de cet OGM est prouvée.

    L’étude a coûté plus de 3 millions d’euros, financés notamment par les fondations Ceres et la Fondation Charles
    Leopold Meyer pour le progrès pour l’homme. Auchan et Carrefour l’ont également aidée.

    Les fonds ont été gérés par le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), indépendant des
    compagnies de biotechnologies et dont M. Séralini préside le conseil scientifique.

    Afp

  • «L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard

     

    NOUVEAU : VERSION « ENRICHIE » DE LA CONFÉRENCE / PREMIÈRE PARTIE DISPONIBLE ICI : http://www.youtube.com/watch?v=3AUbvQIdxy8

    Version audio (podcast de la conférence) : http://www.usfprod.ch/share/3-Music-et-Samples/confaudiotube/Conf_Zaki_Chouar…

    La Fonderie Kugler présente deux conférences en partenariat avec le journal bimensuel La Cité (http://www.lacite.info/) – (http://www.usinekugler.ch/)

    Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan, «L’État, otage du secteur financier»

    Étienne Chouard, professeur d’Économie-Gestion à Marseille, chercheur indépendant, «Enjeux pour le peuple du contrôle public de l’État et de la banque». Pour y accéder directement : http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&list=UUuqKwvlBmW_Z…

    Modération par Fabio Lo Verso de La Cité

    En complément à la conférence de Myret Zaki, un article qui revient sur les convives du dîner du 8 février 2010 : http://blogs.mediapart.fr/blog/netmamou/030112/un-diner-de-malfrats-pour-mett…

    Un autre article sur les agences de notations : Qui se cache derrière Standard & Poor’s : http://www.abadinte.com/2011/12/qui-se-cache-derrire-standard-poors/

    En complément à la conférence d’Etienne Chouard, une analyse qui questionne l’importance de la « loi de 1973 » : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/29/la-loi-pompidou-giscard-rothsc…

    La réponse point par point d’Etienne Chouard : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/12/30/178-analyse-…

    Excellent résumé de la conférence en une page sur le blog planetisme : http://www.planetisme.net/2012/05/crises-economiques.html

    Transcription écrite de la conférence réalisée par le blog creersamonnaie / (merci à eux:) http://creersamonnaie.over-blog.com/article-crise-financiere-grecque-origine-…

    Retrouvez ces références et d’autres informations sur notre pearltree : http://pear.ly/bl5gv

Page 1 sur 11