• Tepco: «La situation à Fukushima est grave»

    «Nous reconnaissons que c’est une situation grave. Nous avons mis en place une cellule de crise pour traiter ce problème», a indiqué Naomi Hirose lors d’une conférence de presse dans le centre de rassemblement des ouvriers, J-Village, à une vingtaine de kilomètres du complexe atomique.

    «Nous allons faire en sorte de retirer toute l’eau des réservoirs souterrains», a-t-il expliqué, précisant qu’il espérait que cette opération serait achevée d’ici à début juin. En attendant que toute l’eau soit transvasée ailleurs, les fuites devraient être pompées au fur et à mesure pour éviter une contamination du sol.

    (…)L’eau radioactive en question est issue du refroidissement des réacteurs ravagés. Elle est partiellement décontaminée et recyclée pour continuer à refroidir le combustible, mais il existe un excédent qui doit être stocké avant de passer dans un deuxième dispositif de filtrage, actuellement en cours de test. Le surplus quotidien s’élève à 400 tonnes par jour et le total déjà accumulé se monte à environ 280’000 tonnes pour une capacité de stockage totale de 331’000 tonnes (cuves terrestres et réservoirs souterrains compris). A cause de ces fuites qui rendent inutilisables en l’état les réservoirs souterrains, Tepco doit accélérer la construction de nouvelles cuves, une tâche «pas facile», selon le groupe compte tenu des circonstances dans lesquelles oeuvrent les travailleurs.

    Lire la suite sur Le Matin
  • Les fuites radioactives de Fukushima plus fortes qu’annoncé

    TOKYO (Reuters) – Les fuites radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima juste après la catastrophe de mars 2011 ont été deux fois et demi supérieures aux estimations communiquées à l’époque par les autorités japonaises, dit l’opérateur de la centrale dans un rapport publié jeudi.

    Selon les analyses réalisées par Tokyo Electric Power (Tepco), les radiations émises pendant les trois premières semaines ont représenté un sixième des radiations de la catastrophe de Tchernobyl, en 1986.

    « Si on avait eu cette information à ce moment-là, on aurait pu en tenir compte pour organiser les évacuations », a déclaré à la presse le porte-parole de Tepco, Junichi Matsumoto.

    Les capteurs les plus proches de la centrale ayant été détruits par le tremblement de terre et le tsunami qui en a résulté, ces nouveaux calculs ont été effectués à partir des mesures de capteurs plus éloignés et de données collectées par les agences gouvernementales, précise le rapport.

    Selon Tepco, la fusion probable de trois réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi a rejeté dans l’air quelque 900.000 terabecquerels de substances radioactives.

    C’est deux fois et demi la somme annoncée en avril 2011 par l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle japonaise, et 17% supérieur à l’estimation la plus élevée de l’agence de sûreté gouvernementale.

    Ces mesures reposaient sur la mesure du taux d’iode-131, un élément dont la radioactivité se dissipe rapidement mais qui est particulièrement redouté car il se concentre dans la thyroïde.

    Selon le rapport, 99% des fuites radioactives ont eu lieu dans les trois premières semaines après l’accident.

    Kevin Krolicki; Tangi Salaün pour le service français, édité par Gilles Trequesser

    (c) Copyright Thomson Reuters 2012

Page 1 sur 11