• un pédophile libéré car sa victime était « amoureuse »

    ITALIE – La Cour de cassation italienne a annulé la condamnation d’un homme jugé pour pédophilie, estimant que la Cour d’appel avait sous-évalué le « rapport amoureux » entre l’accusé âgé de 60 ans et sa victime, une fillette de 11 ans. Pietro Lamberti, employé des services sociaux de la ville de Catanzaro en Calabre dans le sud du pays, avait été condamné en février 2011 à cinq ans de prison pour actes sexuels avec mineur de moins de 14 ans, peine confirmée la même année en appel.

    non-à-pédophilie-2-MPI

    Dans un arrêt rendu le 15 octobre dernier, mais relevé par un média italien plus de deux mois plus tard, la Cour de cassation a annulé ce jugement et ordonné un nouveau procès en appel. Selon la plus haute juridiction italienne, la Cour d’appel n’a pas suffisamment pris en compte « le consensus » entre l’homme et la fillette, « l’existence d’un rapport amoureux, l’absence de contrainte physique et le fait que la fillette soit amoureuse ».

    non-à-pédophilie-MPI-225x145

    Selon Il Quotidiano della Calabria, qui a révélé l’affaire, l’enfant vient d’une famille démunie qui l’avait confiée à Lamberti. Après une série d’écoutes téléphoniques, ce dernier avait été surpris en flagrant délit avec la fillette dans son lit. Passé inaperçu au moment de son prononcé, l’arrêt a suscité de nombreuses réactions d’indignation sur les réseaux sociaux, où beaucoup ont vu dans cette décision une « validation de la pédophilie » par la justice italienne.

     

    http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/30/italie-pedophile-libere-victime-amoureuse_n_4519035.html

3 Comments

  1. Laura Manach says: 31 décembre 2013 at 11 h 04 min

    Bonjour, cette histoire est fausse.
    http://www.hoaxbuster.com/forum/la-justice-italienne-rend-le-premier-acte-legitimant-la-pedophilie

  2. CBV says: 31 décembre 2013 at 14 h 28 min

    Bonjour, pourtant BFMTV reprends l’affaire : http://www.bfmtv.com/international/un-pedophile-libere-victime-11-ans-jugee-amoureuse-676160.html

  3. CBV says: 31 décembre 2013 at 14 h 56 min

    « La [Cour d’appel] s’est focalisée sur l’existence des éléments qui caractérisaient le fait incriminé – l’âge et l’acte sexuel –, les croyant incompatibles avec toute circonstance spécifique, sans considérer ou évaluer les aspects ultérieurs et atténuants de l’évènement mis en avant par la défense, comme le “ consensus ”, l’existence d’un rapport amoureux, l’absence de contrainte physique, l’amour de la jeune fille. »

Comments are closed now.